Categories

King of Kong : Mon Leonard chez les pixels

C’est par les plus grandes joies du hasard que je suis tombé sur le mirifique documentaire King of Kong, qui dresse le portrait de la win attitude typiquement amerloque au travers de la quête de High scores ultime dans les anciens jeux d’arcade.

Et vlati pas qu’à la toute fin du film, Everybody knows est utilisé à plusieurs reprises en amont du showdown final entre les deux protagonistes. L’utilisation de la chanson (les dés sont pipés) reflète l’opposition « scénaristique », très appuyée pour les besoins du docu, entre Billy et Steve : le premier joue le rôle du « méchant ». C’ est un riche entrepreneur en sauce ketchup à l’esprit number one. Il ne veut pas perdre son titre de meilleur scorer sur Donkey Kong. Le second est son challenger, un gentil père de famille en quête de sens.

Cet esprit de conquête frôlant ici l’absurde renvoie à la psychée US, carburant au pragmatisme et à la performance, des valeurs dont l’univers Cohenien, plus introspectif, est situé à mille lieues.

Source : King of Kong, Seth Gordon, 2007.
http://www.imdb.com/title/tt0923752/

ST

Comments are closed.