Leonard Cohen Forum
20 Octobre 2017, 02:48:27 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
 
  Accueil   Forum   Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
*

Menu

Thèmes


Permanent?
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Nouvelle version de Suzanne en français  (Lu 12482 fois)
lesperluette
Translator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 346



« le: 26 Février 2011, 14:19:06 »

Je signale une version très musicale, joliment accompagnée au violoncelle de l'éternelle Suzanne. Je ne connaissais pas l'interprète, Jorane, jeune chanteuse québécoise. Elle dit vouloir être un kaléidoscope pour jouer avec la lumière des autres, c'est une belle image, non ?
En tout cas, les paroles françaises nous livrent une nouvelle traduction de la chanson, assez éloignée de la version de Graeme Allwright, avec des rimes, des vraies pour les amateurs  Wink
http://www.jorane.com/musique/
Journalisée
deodatus
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 263


« Répondre #1 le: 26 Février 2011, 16:09:23 »

Version très originale. On la sent très respectueuse de l'œuvre de Léonard.
Cette jeune femme a un réel talent.
On est à des années lumières du sacrilège commis par Mgr Di Falco avec sa version imbuvable de "Halleluja" !!!!!
L'effort de versification est tout à fait louable. De toutes façons il n'existera jamais de version française parfaite ou "officielle"de "Suzanne"
Journalisée
Polyphrène
Translator
Sénior
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 71


WWW
« Répondre #2 le: 26 Février 2011, 21:43:56 »

Très belle version, avec une belle voix dont se dégage une sorte d'intimité très touchante, et un texte aussi fidèle que possible à cette oeuvre majeure. Quelques intonations me semblent rappeler Graeme Allwright, bien que le texte en soit clairement différent. Je me plais à penser que la chanson originale de Léonard Cohen contient en elle-même toutes les traductions, adaptations, versions et interprétations qui ont pu ou pourront en être faites... Chacun en saisit un fragment, en perçoit une face, en devine un sens, et tous puisent à cette source une inspiration inépuisable.
Journalisée

From bitter searching of the Heart
stevbreizh
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 32


« Répondre #3 le: 27 Février 2011, 22:44:19 »

Vraiment très belle version... juste un peu altérée par quelques mesures un peu claquantes dans l'accompagnement de basse, peut être un pizzicatto au violoncelle peu habituel (?).
C'est une très belle interpretation, une façon très respectueuse de ne pas copier mais d'utiliser la lumière originale de cette chanson. La traduction pourrait elle être rajoutée à celles existantes sur le site ?
Je trouve que cette chanson est vraiment la plus complexe, la plus déroutante du répertoire de LC. Sans doute aussi une des plus connue.
Qui peut mettre des mots sur les émotions si profondes que ces quelques vers gravent si fortement chez tant et tant de personnes.
Cette chanson porte autant qu'elle berce, à chaque fois, à chaque note.
Les chansons de LC sont pour beaucoup de personnes une "affaire personnelle".
"Suzanne" m'a, au propre comme au figuré, emmené chez elle, dans sa demeure au bord de l'eau, et depuis je passe souvent ma nuit près d'elle...
Journalisée
lesperluette
Translator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 346



« Répondre #4 le: 28 Février 2011, 17:16:18 »

Tout à fait d'accord pour le mystère inextricable de cette chanson. (Une autre me fascine autant : Avalanche, que je continue à considérer avec un peu d'effroi !)
Dans sa dernière tournée, Leonard Cohen inverse l'ordre de passage des deux derniers couplets de Suzanne, ce qui change peut être le sens général, en particulier par rapport à la Foi, non ? Est-ce que quelqu'un sait depuis quand ces deux strophes sont interverties ?
Journalisée
Fanfan
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 340



« Répondre #5 le: 28 Février 2011, 19:14:02 »

Merci Lesperluette pour cette belle découverte, et d'ailleurs il y a d'autres très jolies reprises sur cet album que je vous invite à écouter entièrement.  Je trouve que le violoncelle va bien avec l'ambiance mystérieuse de cette chanson. J'en profite pour dire ici que le nombre d'hommes qui m'ont dit avoir été totalement envoûtés par cette chanson est tout simplement  impressionnant !  Cheesy
Journalisée

Fanfan
Kat999
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 43


« Répondre #6 le: 28 Février 2011, 19:44:51 »

La reprise est réussie en effet, bien personnalisée en plus de ça. C'est un morceau d'anthologie et sa notoriété n'enlève rien à la beauté de la mélodie. J'en profite pour dire que, grâce à ce forum, j'ai découvert Fabrizio de André et que ses reprises de Suzanne et de Joan of Arc sont ce que j'ai entendu de mieux jusqu'à présent, il s'est parfaitement accaparé les chansons et la langue italienne colle à merveille.
Journalisée
Polyphrène
Translator
Sénior
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 71


WWW
« Répondre #7 le: 18 Juin 2011, 22:29:39 »

Une autre version française : celle d'un sympathisant du forum, Jean Lapierre (http://jeanlapierre.pagesperso-orange.fr/ )


SUZANNE

Suzanne te mène
Chez elle vers la rivière
Tu entends le bruit des barques
Tu peux passer la nuit à ses côtés
Tu sais qu’elle est à moitié folle
C’est pourquoi tu veux rester
Elle te sert des oranges et du thé
Venu en droite ligne de Chine
Mais quand tu voudrais lui dire
Qu’ t’as pas d’amour pour elle
Elle te branche sur sa longueur d’ondes
Laisse donc la rivière répondre
Qu’ t’as été toujours son amour
Et tu veux voyager avec elle
Voyager à l’aveuglette
Et tu sais qu’elle peut croire en toi
Car tu l’as touchée par ton esprit

Jésus était un pêcheur
Qui marchait sur la mer
Il a guetté solitaire
Longtemps d’une tour de bois clair
Mais quand il fut certain
Que seuls les hommes noyés le voyaient
Il a dit Tous les hommes seront pêcheurs
Jusqu’à c’ que la mer les libère
Mais lui-même fut brisé
Bien avant que le ciel s’ouvre
Rejeté presque l’homme
Il a coulé sous votre sagesse
Comme une pierre
Et tu veux voyager avec lui
Voyager à l’aveuglette
Et tu penses qu’ tu peux croire en lui
Car il t’a touché par son esprit

Suzanne te prend par la main
Pour te mener vers la rivière
Elle s’habille pour pas cher
Au Secours Populaire
Comme du miel le soleil coule
Sur Notre Dame du Port
Elle te montre où trier
Parmi les ordures et les fleurs
Dans les algues il y a des héros
Et des enfants dans le matin
Qui se penchent vers l’amour
Ils se penchent ainsi toujours
Tandis qu’ Suzanne tient le miroir
Et tu veux voyager avec elle
Voyager à l’aveuglette
Et tu sais qu’ tu peux croire en elle
Car elle t’a touché par son esprit

Journalisée

From bitter searching of the Heart
lesperluette
Translator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 346



« Répondre #8 le: 19 Juin 2011, 16:56:05 »

Merci de mettre cette traduction à notre disposition.
Je suis stupéfaite par sa clarté et sa simplicité, la chanson parait limpide, lisible.
Quand j'avais 16 ans, disposant de l'anglais d'une lycéenne moyenne, je désespérais parfois devant les chansons de Cohen, puzzles magnifiques dont l'image se refusait à moi.
Toutes les années qui ont passé m'ont apporté un petit peu de confiance et d'amour (!) pour tous ces vides : selon les moments, les expériences de la vie, les rencontres, ces vides se "chargent " et se transforment. Tout en étant beaucoup plus fidèle que celle de Graeme Allwright, cette traduction les réduit un petit peu. C'est peut être ce qu'on attend !?
Journalisée
Polyphrène
Translator
Sénior
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 71


WWW
« Répondre #9 le: 19 Juin 2011, 20:20:42 »

En effet. C'est bien là le paradoxe de la poésie et la difficulté de la traduction. Il est infiniment plus facile de traduire un texte explicite, car le sens en est clair et univoque. Pour une création poétique, c'est toute autre chose, et le choix des mots peut être fatal ou, du moins réducteur. Dans sa forme "brute", le texte est ouvert à toutes les interprétations, toutes les sensibilités, toutes les peines et toutes les joies. Chacun y voit le reflet de son âme, et y entend l'écho de ses pensées. Parmi les très diverses manifestations de l'art, la chanson tient une place à part, car l'oeuvre renaît chaque fois qu'elle est chantée, et l'auteur en partage alors la paternité avec l'interprète. Le traducteur s'insinue dans cette relation, et la distord, inéluctablement. La traduction de Jean Lapierre prend le parti de la fidélité à l'original, mais l'imprègne aussi de la personnalité du traducteur qui, de cette façon, se l'approprie et s'exprime à travers elle. L'adaptation de Graeme Allwright est plus "ouverte" mais s'écarte aussi plus de l'original.
Pour ma part, je n'ai j'amais osé m'attaquer à un "monument" tel que "Suzanne", bien qu'ayant "posté" maintenant la traduction - adaptation de plus de 50 chansons de Léonard Cohen : il y a au moins deux raisons à cela :
- Je ne crois pas pouvoir faire mieux, ni même aussi bien que Graeme Allwright, et la reconnaissance que j'ai pour lui (qui, entre autres choses, m'a fait découvrir Léonard Cohen) est telle que je me sentirais iconoclaste.
- La version de Graeme Allwright reste si présente à mes oreilles et à mon coeur que je ne pourrais m'en détacher entièrement et ne pourrais réaliser une traduction "indépendante" susceptible d'apporter quoique ce soit d'intéressant.
Une chanson est une oeuvre d'art vivante, qui grandit, voyage, et se reproduit, mais aucun de ses "enfants" n'est un véritable clone.
Journalisée

From bitter searching of the Heart
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #10 le: 24 Juin 2011, 22:23:59 »

Jean Lapierre est un ami, et je me souviens bien du moment où il m'a donné sa version de "Suzanne", et après avoir lu le texte, ça fait déjà assez longtemps, je lui ai dit "c'est la meilleure version que j'ai jamais eue de cette chanson".
Puis je lui ai donné quelques explications à mon enthousiasme... Wink
Il faut savoir que Jean parle couramment italien et qu'il est un fan du regretté Fabrizio De André, auteur d'une jolie version de "Suzanne", pourtant controversée en Italie par certains grincheux.

Pourquoi je parle de F. De André?
J'y arrive...

Un autre ami personnel, le troubadour occitan Patric a sorti sa version de la chanson (en langue occitane, donc) sur l'album "Colors". Quand il m'a remis le disque à Vendargues, il a tenu à me faire découvrir sa version, nous avons passé le disque sur la platine de Fanfan, et après les deux premières strophes, je lui ai dit:
- quand même, tu t'es beaucoup inspiré d'Allwright!
- oui, mais tu as remarqué que moi, au moins, je dis "Jésus"... (en se marrant)
- et tu dis aussi "marin" comme De André...
- disons que j'ai été inspiré par les deux!

Voila qui est révélateur car Patric, lui aussi, parle couramment italien, il parle d'ailleurs quasiment toutes les langues de la Méditerranée, y compris le grec moderne.
Donc: voici deux artistes qui aiment Leonard Cohen, qui aiment Graeme Allwright, qui aiment Fabrizio De André et qui ont été influencés par les deux, les trois si on inclut bien évidemment Cohen.
Et ça donne un résultat, qui, à mon sens, est extrêmement proche des paroles du poète canadien...

Patrice

Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

TinyPortal v1.0 beta 4 © Bloc
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2013, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !