Leonard Cohen Forum
19 Octobre 2017, 21:06:16 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
 
  Accueil   Forum   Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
*

Menu

Thèmes


Permanent?
Pages: 1 [2] 3 4   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Monseigneur Jean-Michel Di Falco / Monsieur Tout-Blanc !  (Lu 26391 fois)
Ange Musicien
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 73


Waiting for the miracle


« Répondre #15 le: 09 Mai 2011, 14:37:55 »

"N'hésitez pas à être aussi méchants avec moi que je vais l'être avec certains d'entre vous. "
Non, non ma chère amie, pas la méchanceté, l'amour... alors laisse moi essayer de t'aimer à ma facon. Voici :

Ah, mais la méchanceté est parfois une façon d'aimer ! Vous ne le saviez pas ? Il paraît qu'il y a des blessures que l'on ne peut infliger que par amour. (oui moi aussi j'aime bien les lieux communs à deux balles)

Dans tout texte, quel que soit son mode d'énonciation ou son lexique, il faut savoir lire entre les lignes... Dans les silences... Peut-être avez-vous raté les miens ? Il aurait fallu pour cela s'intéresser davantage au fond et moins à la forme...

D'ailleurs les citations que vous prenez de moi sont très ciblées, il me semble avoir varié mon vocabulaire plus que cela.  Wink

C'est sans doute la faute à ma façon de présenter les choses... Ce n'est pourtant pas faute d'en avoir fait plusieurs préambules.

Citation
La façon dont on aborde un problème n'est-elle pas plus importante que le problème lui-même ?

Pourquoi avoir choisi ce ton pour votre message, dans ce cas ? Vous n'avez pas l'air assez naïf pour ignorer qu'il irriterait n'importe qui, et surtout les personnes correspondant au stéréotype auquel vous semblez vouloir me faire correspondre.  Wink  C'est un peu hypocrite non ? (je ne veux pas faire de procès d'intention - même si votre message n'en est pas dénué !)

Citation
Serais-tu d'accord avec le fait que la haine , le ressentiment etc..  sont des liens qui nous font peut-être plus ressembler qu'on ne le pense  à ceux à qui l'on s'affronte.

Je ne sais pas, suis-je en train d'affronter la haine ou le ressentiment ? Je fais mon petit coup de gueule contre la malhonnêteté en tentant d'être moi-même honnête intellectuellement... Je vois mal le rapport !  Grin  Monseigneur machin m'a l'air tout à fait dénué de haine, de ressentiment, et à part une certaine fierté qui ressort de son message (ce qui me le rendrait presque sympathique), je ne vois rien de tout cela chez lui. Sa superficialité, sa malhonnêteté, et la pauvreté humaine qui pue de tout ce que je sais de lui n'ont aucun rapport avec une quelconque méchanceté ou ressentiment.  Grin

Citation
Nous cherchons tous à exprimer notre personalité au moyen de la colère et de la haine. Je crois pour ma part que le moyen que nous utilisons ressemble à la fin que nous atteindrons. Autrement dit : qui sème la colère récoltera la colère.


Citation
ta 'logorrhée' aurait gagnée à être résumée et apaisée. La peur de l'action engendre l'idée et l'idée mène à la réaction. Ton texte est trop dans la ré-action et pas assez dans l'action.  Ce que tu attrapes n'est que la projection de toi-même.

 Grin

... Certes... ! En fait j'ai du mal à vous suivre là je dois dire... Je n'ai pas à me plaindre de la forme que j'ai choisie, vous savez, je l'assume très bien et je suis très satisfaite du type de communication ainsi obtenu. Si cela vous semble étrange, n'hésitez pas à approfondir votre raisonnement !...

Citation
Connais-tu cet aphorisme de Lao Tseu ?
"Mieux vaut allumer une bougie
que maudire les ténèbres."

Je connais celui-ci :
"Mieux vaut butter le putain de curé qui a piqué les bougies de tout le monde."

Sans offense ! Je fonctionne à l'électricité naturelle, je suis éco responsable. Et ça suffit largement pour ma veilleuse rose bonbon. J'aime les ambiances tamisées.

Citation
( j'allais oublié : si tu prends tout ce qui précède comme une leçon ce morale, c'est que tu es encore dans la ...réaction... )

Ah, donc si je le prends comme un ensemble de tactiques rhétoriques cheap et non constructives (dont cette dernière phrase n'est qu'un trouzemillième exemple), je suis quoi ? Par pitié, vous parlez à quelqu'un qui dénonce exactement ce genre de processus, vous croyez quand même pas que le bon vieux "je sais ce que tu penses [parce qu'il n'y a que ça à penser]" de gitane parisienne va marcher ?

Entre les clichés, les stéréotypes et les manœuvres visibles à dix kilomètres, je cherche encore l'intérêt de ce message, à part d'être un gros troll mal camouflé...  Grin Ce qui n'est que justice, entendons-nous !


... Mais revenons donc aux PRIESTS, si vous voulez bien  Grin  (enfin on peut pas vraiment dire qu'on s'en soit beaucoup éloignés sur ce coup là)
« Dernière édition: 09 Mai 2011, 14:41:55 par Ange Musicien » Journalisée

"Twenty seven angels from the great beyond..."
rebuber
Translator
Junior
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 49


« Répondre #16 le: 09 Mai 2011, 21:14:37 »

Tu  réagis au quart de tour, Ange musicien...

Il nous est impossible de juger les êtres. On ne peut émettre des avis que sur ce qu'ils sont ou ce qu'ils font. Tout le reste nous échappe. Et il me semble que trop souvent tu fais cette erreur.

"Ah, mais la méchanceté est parfois une façon d'aimer !" Ecris-tu... Alors, je te laisse seule juge. Mais si tu écoutes bien 'in my secret life' tu sentiras peut-être les conséquences de la méchanceté sur les êtres humains.

Mes mots ne sont que des caresses sur tes certitudes. Nous sommes aux antipodes l'un de l'autre. Aussi je te propose que nous regardions  l'illustration qui figure sur le  "New Skin For The Old Ceremony" et qui symbolise l'union des contraires et que nous  relisions ce texte de Léonard Cohen qui mérite, je crois d'être médité :

"Qu'est-ce qu'un saint ? Un saint c'est quelqu'un qui a atteint
une lointaine possibilité humaine. Il est impossible de dire
ce qu'est cette possibilité. Je pense que ça a quelque chose à voir
avec l'énergie de l'amour. Le contact avec cette énergie aboutit
à une sorte d'équilibre dans le chaos de l'existence. Un saint
ne dissout pas le chaos; s'il le faisait, le monde aurait changé
depuis longtemps. Je ne pense pas qu'un saint dissolve le chaos
même pour lui, parce qu'il y a quelque chose d'arrogant et de guerrier
dans l'idée d'un homme mettant de l'ordre dans l'univers. C'est une sorte
d'équilibre qui fait sa gloire. Il glisse sur les congères comme un ski
échappé. Sa course est une caresse de la colline. Sa trace est un dessin
de la neige à un instant particulier de son rapport avec le vent
et le rocher. Quelque chose en lui aime tant le monde qu'il s'abandonne
aux lois de la gravitation et du hasard. Loin de voler avec les anges,
il trace avec la fidélité d'une aiguille de sismographe l'état du paysage
solide et sanglant. Sa maison est dangereuse et limitée, mais il est
chez lui dans le monde. Il peut aimer la forme des êtres humains,
les formes belles et sinueuses du coeur. C'est bien d'avoir de tels
hommes parmi nous, de tels monstres d'amour qui rétablissent l'équilibre."
Journalisée
Calypso
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 219


« Répondre #17 le: 10 Mai 2011, 06:57:42 »

Très beau texte, merci beaucoup, tu aurais la version anglaise ?

Journalisée
Billy Shears
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 76



« Répondre #18 le: 10 Mai 2011, 08:12:20 »

What is a saint? A saint is someone who has achieved a remote human possibility. It is impossible to say what that possibility is. I think it has something to do with the energy of love. Contact with this energy results in the exercise of a kind of balance in the chaos of existence. A saint does not dissolve the chaos; if he did the world would have changed long ago. I do not think that a saint dissolves the chaos even for himself, for there is something arrogant and warlike in the notion of a man setting the universe in order. It is a kind of balance that is his glory. He rides the drifts like an escaped ski. His couse is a caress of the hill. His track is a drawing of the snow in a moment of its particular arrangement with wind and rock. Something in him so loves the world that he gives himself to the laws of gravity and chance. Far from flying with the angels, he traces with the fidelity of a seismograph needle the state of the solid bloddy landscape. His house is angerouse and finite, but he is at home in the world. He can love the shapes of human beings, the fine and twisted shapes of the heart. It is good to have among us such men, such balancing monsters of love.
-Leonard Cohen
Journalisée
Ange Musicien
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 73


Waiting for the miracle


« Répondre #19 le: 10 Mai 2011, 22:38:01 »

Tu  réagis au quart de tour, Ange musicien...

Je suis docile, comme toutes les petites filles dirait Bourdieu, notamment catholiques...  Grin
(Ne vous méprenez pas : je ne sais pas pour les vies antérieures, mais pour celle-ci, en tout cas, je n'ai jamais eu à subir une éducation catholique.)

Je suis heureuse de voir un peu plus de réserve cette fois-ci, en tout cas !

Citation
Il nous est impossible de juger les êtres. On ne peut émettre des avis que sur ce qu'ils sont ou ce qu'ils font. Tout le reste nous échappe. Et il me semble que trop souvent tu fais cette erreur.

Je ne peux que vous engager à me relire dans ce cas - une fine analyse lexicale vous permettra de déceler tout autant de jugements à l'emporte-pièce à la phrase (voir plus) dans votre texte que dans le mien.

Citation
Mes mots ne sont que des caresses sur tes certitudes. Nous sommes aux antipodes l'un de l'autre. Aussi je te propose que nous regardions  l'illustration qui figure sur le  "New Skin For The Old Ceremony" et qui symbolise l'union des contraires et que nous  relisions ce texte de Léonard Cohen qui mérite, je crois d'être médité :

Comme vous y allez !  Grin
A défaut de copuler sous quelque forme que ce soit avec vous, j'ai pris un moment pour relire et pour méditer ce texte - qui correspond je dois dire en grande partie avec ma vision de la vie. Permettez moi de vous faire part d'une remarque ou deux :

"Je ne pense pas qu'un saint dissolve le chaos
même pour lui, parce qu'il y a quelque chose d'arrogant et de guerrier
dans l'idée d'un homme mettant de l'ordre dans l'univers."


Je m'interroge : qui d'entre nous deux est en proie à son propre chaos, voire même à l'écoute de ce chaos - et qui d'entre nous deux tente de mettre de l'ordre dans son chaos et dans celui de l'autre ? De nous deux, qui adopte une posture guerrière visant à résoudre l'autre, et qui de nous deux exprime dans un même texte son amour, sa haine et sa contradiction la plus profonde ?

Je suis bien heureuse que vous caressiez mes certitudes, car c'est une des rares choses que je n'ai pas - ça m'eut ennuyé que quelqu'un caresse un de mes organes sans mon consentement. Je me suis toujours vantée avec une certaine fierté de n'en avoir aucune, et si vous prenez le temps de relire mes différents posts, vous verrez que cette posture est ancrée intégralement dans mon propos. (ma seconde réponse à Kat999 en est un excellent exemple) Mon existence est celle d'une petite fille naviguant indéfiniment sur l'océan lisse et mouvant de sa mer intérieure - de sa barque, elle aime à entrevoir les monstres qui nagent la profondeur.

Ce texte, à vrai dire, m'en rappelle un autre, que je vous encourage à lire. Un illustre inconnu du nom de Jean Cocteau a vu le futur : c'est le Meurtre, selon lui. Si cela vous intéresse, ce texte est tiré d'un poème appelé "le chiffre sept", qui n'est trouvable qu'en pléiade à l'heure actuelle à ma connaissance.

Citation
"Ah, mais la méchanceté est parfois une façon d'aimer !" Ecris-tu... Alors, je te laisse seule juge. Mais si tu écoutes bien 'in my secret life' tu sentiras peut-être les conséquences de la méchanceté sur les êtres humains.

Puisque nous sommes dans le partage, je vous laisse lire ce texte peu connu, et tout à fait hors-sujet je dois dire, qui pourrait éventuellement vous faire sentir les conséquences négatives que l'amour peut avoir (ou les positives que la méchanceté peut avoir) :
Hallelujah - Léonard Cohen on leonardcohensite.com

Je l'ai chanté souvent - seule sous un abribus une nuit entière, ou en tenant la main d'une personne qui s'en va pour une autre vie - je pense qu'on ne la comprends jamais mieux que quand elle vient toute seule aux lèvres ; que quand chaque mot vient naturellement et résonne dans le silence.  

N'hésitez pas à réécouter également "Feels So Good", je suis sure que vous y trouveriez un intérêt certain. Je ne vous fait pas la liste des chansons ou des poèmes de Cohen qui pourraient, avec une écoute plus ouverte ou nuancée, enrichir votre monde intérieur : la liste est longue, et ce site est là pour ça.

Quant à Hallelujah, n'hésitez pas à lire la traduction de Monseigneur Di Falco ci-dessous et à nous donner votre avis, il nous intéresse potentiellement davantage que votre analyse de ma vie intime.  Wink

ALLELUIA - JM DI FALCO / L COHEN (?)

Pour notre terre hospitalière et pour nos mères si nourricières
Je chante la gloire du Seigneur
Pour les rivières et pour les fleuves et pour le vent et les embruns
Je chante Allelujah

Refrain : Allelujah…

Et pour l’automne et le printemps, et pour l’été et pour l’hiver
Je chante la gloire du seigneur
Et pour la neige et pour la pluie, et pour le givre et la rosée
Je chante All…

Refrain All...

Et pour les champs et les forêts, pour les vendanges et les moissons
Je chante la gloire du seigneur
Pour les oiseaux et les troupeaux, pour chaque jour et chaque nuit
Je chante All…

Refrain All…

Pour le soleil et pour la lune, pour les nuages et le ciel bleu
Nous chantons la gloire du Seigneur
Pour les montagnes et les sommets, et pour les plaines et les vallées
Nous chantons Allelujah

Refrain

Pour les enfants et les vieillards, pour le sourire et la tendresse
Nous chantons la gloire…
Pour l’espérance et pour la paix, pour le pardon et pour l’amour
Nous chantons Allelujah
« Dernière édition: 10 Mai 2011, 22:40:40 par Ange Musicien » Journalisée

"Twenty seven angels from the great beyond..."
lesperluette
Translator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 346



« Répondre #20 le: 10 Mai 2011, 22:54:54 »

Je reviens sur le forum après quelques jours d'absence, quelle joie de lire la longue et virulente contribution d'Ange Musicien qui dit, en autre :
Citation
"On parle d'un homme dont la vie entière a été dévouée à ce que vous ne soyiez pas déçu par la compréhension de ces paroles ! "
Rien que pour une phrase comme celle-là, j'ai envie de te connaître !

C'est bon de se "disputer". Même si des paroles blessantes sont prononcées, elles expriment des convictions, des sentiments, des émotions qui n'ont pas moins, ni plus, de valeur que d'autres, plus aimables. Je ne peux prononcer de telles paroles qu'en confiance, et c'est pourquoi je salue les couleurs vives de ce "fil" !
Pardon de ne pas enrichir la discussion, il est si tard. Demain peut être ?
« Dernière édition: 10 Mai 2011, 22:59:13 par lesperluette » Journalisée
rebuber
Translator
Junior
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 49


« Répondre #21 le: 11 Mai 2011, 01:05:15 »

Ange musicien,

- Tu dis ne pas avoir de certitudes. Pourtant tu écris :
 
"Je suis anti cléricale de base et je l'assume"

Tu semble avoir un ton  bien assuré quand tu écris cela...

- Lorsque je t'écris

"laisse moi essayer de t'aimer à ma facon".

Ne t'emballe pas trop vite !   Il ne faut pas tout de suite entendre (et là je te cite): 

" [...]copuler sous quelque forme que ce soit avec vous"/ "votre analyse de ma vie intime"/ "ça m'eut ennuyé que quelqu'un caresse un de mes organes"

Non, Ange musicien, il y a des gradations dans l'amour (comme dans la méchanceté d'ailleurs, mais là je crois que je n'ai rien à t'apprendre..)

- Quand tu écris  :

"Je ne dis pas que les catholiques sont débiles, juste que ceux qui vont à la messe ont raté leur vie."

Ne penses-tu pas en écrivant cela émettre  un jugement sur ce que sont ces personnes ? Que sais-tu de leur vie ?

- Laisse-moi te rassurer : je respecte sans te connaître celle que tu es. Les oeuvres de Di Falco ne sont  pas ma tasse de thé. Je ne suis pas croyant.
Mais une chose fondamentale nous sépare : le style.

Quant au texte de Di Falco que tu reproduis, il ne me choque pas outre mesure : c'est un texte de louange tout simplement qui heurte vraisemblablement tes certitudes. ( Et ce texte - je te l'accorde - n'est évidemment pas une traduction des paroles de LC)

Imagine que sans le connaître on t'aurait présenté le texte ci dessous en te disant qu'il avait été écrit par Di Falco... n'aurais-tu pas la même réaction épidermique ?


"SAINT EST TON NOM, SAINT est ton oeuvre, saintes sont les journées qui ramènent à toi. Saintes sont les années que tu dévoiles. Saintes sont les mains qui se lèveront vers toi, et les pleurs qui sont versées vers toi. Saint est le feu entre ta volonté et la nôtre, par lequel nous sommes purifiés. Saint est ce qui n'est pas racheté, recouvert de ta patience. Saintes sont les âmes perdues en l'absence de ton nom. Sainte, et éclatante de lumière, est chaque chose vivante, établie dans ce monde et recouverte du temps, jusqu'à ce que ton nom soit loué à jamais."
(Léonard Cohen/ Le livre de la miséricorde)

(Des mots tels que miséricorde/ clémence/ pitié  font-ils  partie de ton vocabulaire??)

Cher Ange musicien... pour ma part j'arrête là le débat. Au fond, ce que tu adores c'est le conflit. Mais le conflit entraîne toujours plus d'obscurité, dedans et dehors. Le conflit et la clarté s'excluent l'un l'autre. Se libérer du conflit c'est aller vers la simplicité. C'est cette simplicité, cette clarté qui  rayonnent - pour moi -  dans les textes de Cohen. Mais ce n'est que mon point de vue, et non une vérité que je voudrais t'imposer . Bon vent dans la vie et n'oublie pas d'ouvrir la fenêtre.
Journalisée
Ange Musicien
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 73


Waiting for the miracle


« Répondre #22 le: 11 Mai 2011, 19:47:25 »

"Je suis anti cléricale de base et je l'assume"
Tu semble avoir un ton  bien assuré quand tu écris cela...

L'incertitude n'empêche pas d'avoir des points de vue. Elle en fait simplement des responsabilités. C'est une des choses qui différencie un enfant d'un adulte. (dans les deux sens d'ailleurs)

Citation
Non, Ange musicien, il y a des gradations dans l'amour (comme dans la méchanceté d'ailleurs, mais là je crois que je n'ai rien à t'apprendre..)

Comme il y a des gradations dans l'humour, mais ça, vous avez manifestement beaucoup de mal...  Grin
Ça va éventuellement de pair avec votre lecture très premier degré des différents textes - ceux de ce topic, ou ceux cités dans ce topic...

Vous dites que le texte de di falco heure mes certitudes, mais en fait, je suis plutôt d'accord avec le contenu du texte en question... Ce qui me chagrine, c'est qu'il n'a rien à voir avec le texte d'origine, et qu'il fait passer Cohen pour un abbé stéréotypé à deux balles avec autant de profondeur humaine qu'une poignée de porte - voyez-vous, ça, c'est le VRAI problème. Mais je commence à douter que vous ayiez réellement lu le sujet de ce fil de discussion...  Wink

Citation
Imagine que sans le connaître on t'aurait présenté le texte ci dessous en te disant qu'il avait été écrit par Di Falco... n'aurais-tu pas la même réaction épidermique ?

"SAINT EST TON NOM, SAINT est ton oeuvre, saintes sont les journées qui ramènent à toi. Saintes sont les années que tu dévoiles. Saintes sont les mains qui se lèveront vers toi, et les pleurs qui sont versées vers toi. Saint est le feu entre ta volonté et la nôtre, par lequel nous sommes purifiés. Saint est ce qui n'est pas racheté, recouvert de ta patience. Saintes sont les âmes perdues en l'absence de ton nom. Sainte, et éclatante de lumière, est chaque chose vivante, établie dans ce monde et recouverte du temps, jusqu'à ce que ton nom soit loué à jamais."
(Léonard Cohen/ Le livre de la miséricorde)

Non - mais comme vous semblez faire peu de différence entre le texte de Di Falco et celui-ci, je ne m'étonne pas que vous ne saisissiez pas la différence de contenu qui tient à elle seule dans les passages en gras que j'ai surlignés. Je me demande également si vous faites la différence entre la Bible (un texte très beau par endroit, et un mythe dans l'ensemble très intéressant) et le texte de Di Falco.

Le texte de Cohen que vous copiez est plutôt pauvre au demeurant, il faudrait voir le contexte et l'année de parution mais uniquement vu comme ça ce n'est pas un grand cru (comparé à des pièces de génie comme  A Thousand Kisses Deep) - ça reste, entre autres par les passages en gras, des kilomètres au dessus du texte de Di Falco.

Citation
(Des mots tels que miséricorde/ clémence/ pitié  font-ils  partie de ton vocabulaire??)

Je vous renvoie à mon message d'origine, que décidément vous avez lu bien vite : "La pitié que m'inspire monseigneur le requin de piscine, "

Du reste, je préfère l'emploi de "compassion", qui est généralement plus en accord avec le champ lexical de mon existence.  Grin

Citation
Cher Ange musicien... pour ma part j'arrête là le débat. Au fond, ce que tu adores c'est le conflit. Mais le conflit entraîne toujours plus d'obscurité, dedans et dehors. Le conflit et la clarté s'excluent l'un l'autre. Se libérer du conflit c'est aller vers la simplicité. C'est cette simplicité, cette clarté qui  rayonnent - pour moi -  dans les textes de Cohen.

Je peux argumenter, mais est-ce vraiment nécessaire ? Je me contenterais de phrases infinitives que vous catégoriserez surement dans la liste de mes certitudes :

90% des textes de cohen traitent du conflit. Le conflit, de quelque ordre que ce soit, est ce qui fait tourner le monde. Le conflit est ce qui fait tourner l'amour. Le conflit est la source sémantique de la dialectique, sans quoi ni l'art ni la société n'auraient d'intérêt.
La simplicité ne fait tourner que les églises. Un monde réduit à la simplicité est un monde vide. La simplicité entraine l'obscurantisme et l'obscurité. La simplicité, pardonnez-moi, est pour les imbéciles.

La meilleure poésie est celle qui dit de façon simple des choses extraordinairement complexes. Pas celle qui dit de façon simple des choses simples.

Si vous saisissiez la subtile complexité de la lumière, vous vous émerveilleriez peut-être d'en voir un simple rayon percer les ténèbres. Mais avez-vous déjà été dans un endroit qui vous fasse désespérer d'y trouver une Faille ?

Il y a une faille, toujours, en toute chose
Dans ce qui nous fait naître
Comme il y a des plis dans la paume entrouverte
Comme s'ouvrent les bras de ceux qui se reposent


Bon vent à vous aussi !
Journalisée

"Twenty seven angels from the great beyond..."
lesperluette
Translator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 346



« Répondre #23 le: 11 Mai 2011, 21:25:40 »

Je suis vraiment curieuse de voir la tournure de cette discussion.
J'ai d'abord cru qu'il était question de religion. Ce sujet risque tellement de tirailler des nœuds faits de croyances, d'héritages, de réflexions et d'expériences intimes qu'on l'évite la plupart du temps alors que ce n'est pas possible sur un forum consacré à Cohen.
Le problème avec l'interprétation de Mgr Di Falco n'est pas tant que la chanson soit chantée par des prêtres, récupérée par l'Eglise ou pas, ni même que les paroles en aient été changées, c'est que, pour un certain nombre de personne dont je suis, c'est une insulte à la beauté de la chanson originale. Est-ce qu'on peut parler d'esthétique plus sereinement que de religion ? Et bien je ne le crois pas, surtout quand on mélange tout.

Et nous revoilà aux prises avec cette dangereuse et très classique confusion entre beau et bon et bien et sincère. Par opposition à horrible, mal, méchant et commercial.
Il existe des beautés méchantes, de la sincérité malfaisante, des beautés sereines, ordonnées, magiques, tumultueuses, conflictuelles, expressives, … Il y en a pour tous les goûts mais rien n'est plus blessant que d'être jugé sur ses opinions esthétiques. Le plus souvent, elles sont sous tendues par des références culturelles et sociales qui servent à exclure, c'est pour ça. Je le crois. Le seul moyen d'avancer est de savoir de quoi on parle. Par exemple, qu'est ce qui fonde la beauté des paroles originales et qui s'oppose à la pauvreté des rimes et des images de l'adaptation ?

Que Cohen soit plus croyant et "sérieux" dans ses pratiques religieuses dans ses vieux jours ne m'intéresse que parce que je vois comment ces sentiments ont renouvelé l'œuvre d'un homme qui n'a jamais fait de compromis avec ses propres exigences esthétiques. Enfin, peut être pas que…
« Dernière édition: 11 Mai 2011, 21:28:58 par lesperluette » Journalisée
Kat999
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 43


« Répondre #24 le: 12 Mai 2011, 08:52:16 »

Je ne résiste pas à (re)venir mettre mon grain de sel, motivé par la seule lecture de ces quelques phrases :

Citation
La simplicité ne fait tourner que les églises. Un monde réduit à la simplicité est un monde vide. La simplicité entraine l'obscurantisme et l'obscurité. La simplicité, pardonnez-moi, est pour les imbéciles.

Que d'affirmations ... mais ça veut dire quoi au juste ? Je suis sûr qu'il y a derrière une démarche très complexe et subtile pour pouvoir affirmer de façon aussi simple ces vérités ...

Citation
La meilleure poésie est celle qui dit de façon simple des choses extraordinairement complexes. Pas celle qui dit de façon simple des choses simples.

Merci pour l'information.

Citation
Si vous saisissiez la subtile complexité de la lumière, vous vous émerveilleriez peut-être d'en voir un simple rayon percer les ténèbres.

C'est juste ... absurde. C'est pseudo poético-esthético-intellectuel et surtout très prétentieux.
J'espère que t'es super calée en biologie et géologie, sinon les balades dans la nature doivent être sacrément sans intérêt pour toi.
Journalisée
Ange Musicien
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 73


Waiting for the miracle


« Répondre #25 le: 12 Mai 2011, 09:33:41 »

Que d'affirmations ... mais ça veut dire quoi au juste ? Je suis sûr qu'il y a derrière une démarche très complexe et subtile pour pouvoir affirmer de façon aussi simple ces vérités ...

Pour le coup il n'y a pas besoin d'une démarche très complexe et subtile pour montrer qu'une vision/analyse simple d'éléments complexes (comme le sont tous les éléments de notre vie quotidienne) mène à la simplification de la compréhension des causes et des conséquences et à l'obscurantisme progressif. Et si ce n'est la logique, je crois que l'histoire est là pour le rappeler suffisamment bien.

Citation
Merci pour l'information.

Ça n'avait pas l'air évident pour tout le monde.  Grin

Citation
C'est juste ... absurde. C'est pseudo poético-esthético-intellectuel et surtout très prétentieux.

Je cherchais un terrain de compréhension avec quelqu'un qui n'avait pas le même niveau intellectuel que vous  Grin
Le poème aussi est prétentieux ?  Embarrassed

Citation
J'espère que t'es super calée en biologie et géologie, sinon les balades dans la nature doivent être sacrément sans intérêt pour toi.

Non - d'ailleurs c'est vrai que les balades dans la nature me font chier, un peu comme les soirées en discothèque. A l'époque où j'avais un jardin, je pouvais passer des heures avec mon arbre ; mais en se baladant aussi "vite" dans la nature, je n'ai pas le temps de me lier d'amitié avec qui que ce soit. Je suis quelqu'un d'assez lent.  Wink
Journalisée

"Twenty seven angels from the great beyond..."
Kat999
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 43


« Répondre #26 le: 12 Mai 2011, 10:27:48 »

Citation
Pour le coup il n'y a pas besoin d'une démarche très complexe et subtile pour montrer qu'une vision/analyse simple d'éléments complexes (comme le sont tous les éléments de notre vie quotidienne) mène à la simplification de la compréhension des causes et des conséquences et à l'obscurantisme progressif. Et si ce n'est la logique, je crois que l'histoire est là pour le rappeler suffisamment bien.

Je comprends mieux, c'est juste que tu confonds simplicité et simplisme. Le simplisme c'est dire par exemple que tous ceux qui vont à la messe ont raté leur vie, tu vois ? Smiley

Citation
A l'époque où j'avais un jardin, je pouvais passer des heures avec mon arbre ; mais en se baladant aussi "vite" dans la nature, je n'ai pas le temps de me lier d'amitié avec qui que ce soit

Tu ne sembles en effet pas simple ... Je ne comprends pas ton besoin de "lier d'amitié" avec la nature environnante (ça veut dire quoi ?) pour pouvoir en apprécier la beauté.
Ca me rappelle certains "philosophes" (surtout contemporains) qui se croient obligés d'utiliser de grandes phrases, persuadés que la complexité est preuve d'intelligence.
Journalisée
Billy Shears
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 76



« Répondre #27 le: 12 Mai 2011, 10:50:14 »

He ho les ovnis du forum !
Si on rangeait cette pédante loghorrée au tiroir.
Il serait temps d'attérir à présent.
Journalisée
Kat999
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 43


« Répondre #28 le: 12 Mai 2011, 11:05:11 »

Alors quitte à être pédant --> logorrhée, sans h  Cheesy

Je sors  Grin
Journalisée
Ange Musicien
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 73


Waiting for the miracle


« Répondre #29 le: 12 Mai 2011, 11:12:31 »

Je valide les deux commentaires précédents !  Grin

On pourrait par exemple revenir au sujet initial, qui était quand même de discuter de l'effet de l'adaptation de Di Falco sur la vision qu'à le grand public de l'oeuvre de Cohen.

La position initiale de l'initiatrice du fil (j'aime parler de moi à la troisième personne) était en substance (modulo le bon langage ordurier) :

"Ce truc n'a plus aucun rapport avec l'oeuvre d'origine et va faire passer Cohen pour un abbé stéréotype avec le quotien émotionnel d'une poignée de porte."

Qu'en pensez-vous ? Je crois que lesperluette a fait un peu plus haut une intervention nettement plus intelligentes que les notres - j'y répondrais ce soir (si j'ai quelque chose d'intéressant à dire).
Journalisée

"Twenty seven angels from the great beyond..."
Pages: 1 [2] 3 4   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

TinyPortal v1.0 beta 4 © Bloc
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2013, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !