Leonard Cohen Forum
24 Octobre 2017, 01:19:11 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
 
  Accueil   Forum   Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
*

Menu

Thèmes


Permanent?
Pages: 1 2 3 [4] 5   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Leonard Cohen et la Bible  (Lu 30648 fois)
deodatus
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 263


« Répondre #45 le: 09 Avril 2012, 17:27:12 »

Je profite du Lundi de Pâques pour attaquer un "gros morceau" :
le célébrissime HALLELUJAH, toujours sur l'album VARIOUS POSITIONS.
Les allusions bibliques y sont nombreuses, on l'aurait deviné, vu le titre de la chanson...

Remarque préalable :
"Hallelujah"est un mot hébreu qui signifie "louez le Seigneur" (de l'hébreu "hallal" qui signifie "louer, adorer", et de "Ya" qui est l'abréviation du tétragramme, le nom de Dieu que les juifs ne prononcent jamais mais qu'ils remplacent par "le Seigneur". Dans certaines bibles YHWH est traduit par "YAhvé", d'où l'abréviation que l'on retrouve dans  "HalleluYA")

STROPHE 1 :
"I've heard there was a secret chord,
THAT DAVID PLAYED, and il pleased the Lord":
David est réputé pour ses dons de musicien et de poète. De nombreux psaumes (qui sont des cantiques) lui sont attribués. Il jouait de la cithare (ou de la harpe, du genre de celle que manie avec talent Hattie Webb ;-)
pour apaiser les crises de démence du roi Saül ( 1 Samuel 16 v. 23).

"the baffled king composing Hallelujah" :
"le roi CONFONDU (ou dérouté, mis en échec...) compose Hallelujah" :
allusion plus que probable à l'histoire tragique de David et Batchéba (ou Bethsabée) : relire 2 Samuel 11 et 12.
Le roi David a commis l'adultère avec Batchéba, la femme de Urie le Hittite, et fait tuer celui-ci à la guerre pour se débarrasser de son rival encombrant, car Batchéba est enceinte...
Le prophète Natan, envoyé par Dieu, confond et démasque la turpitude de David à l'aide d'une subtile petite parabole ( 2 Samuel  12 v. 1-7).
Le roi reconnaît sa faute et s'en repent. C'est alors qu'il compose, selon la tradition, le psaume 51, qui est un poignante confession des péchés.
Dieu lui pardonne. Il ne mourra pas. Mais l'enfant, fruit de l'adultère, mourra. Lorsque l'enfant meurt, malgré les supplications de David, David sait que Dieu a "tourné la page". Est-ce alors, dans ces circonstances qu'il compose le HALLELUJAH qui a donné son titre à la chanson ? On pourrait l'imaginer (2 Samuel 12 v. 20-23). En effet, nous apprendrons par la suite qu'il s'agit d'un HALLELUJAH "glacial et brisé" (cold and broken...) On pourrait reconnaître aussi derrière cet HALLELUJAH le psaume 32 qui est le chant de louange d'un homme qui se sait pardonné.

STROPHE 2 :

"Your faith was strong but you needed proof,
yoih saw her bathing on the roof, her beauty and the moonlight overthrew you" :
la foi et le courage du roi David sont légendaires. N'avait-il pas osé, dans sa jeunesse, braver le géant Goliath et le vaincre ? (1 Samuel 17). Il n'en est pas moins "tombé" par la suite, vaincu à son tour par le charme d'une belle baigneuse. Il n'a donc pas "réussi l'épreuve" et succombé à la tentation! ("you needed proof").
Citation presque littérale du début de l'histoire de David et Batchéba :
"sur le soir, David se leva de son lit. Il alla sa promener sur la terrasse, il aperçut une femme qui se baignait. La femme était très belle" (2 Samuel 11 v. 2).

"she tied you to a kitchen chair" : façon, pour LC, de tourner en dérision la "faiblesse" du roi David ? Vaincu par une femme qui l'attache à une chaise de cuisine (!), lui, le preux guerrier, héros de tant de batailles !
"she broke your trone" : David est tombé de son piédestal !
"and she cut your hair" : détour par l'histoire de Samson et Dalila.
Dalila coupe les cheveux de Samson, dans lesquels se trouvait le secret de sa force herculéenne, pour le livrer, démuni, aux ennemis philistins (Juges 16 v. 15-22). Léonard Cohen, me semble-t-il, joue de l'image de cette "castration" symbolique pour l'appliquer ici au roi David, réduit à l'impuissance par son péché.

STROPHE 3 :
"you say I took the name in vain" :
Jean Guiloineau a raison, dans sa traduction, de mettre un N à "Name" ou "Nom". Car il s'agit, vu le contexte biblique, du nom de Dieu ("le Nom" désigne Dieu lui-même dans l'Ancien Testament). En commettant l'adultère, David a enfreint plusieurs commandements divins : le septième ("Tu ne commettras pas d'adultère"), le huitième ("Tu ne commettras pas de meurtre"... puisqu'il a fait éliminer Urie...) et aussi, d'une certaine manière le troisième : "Tu ne prendras pas le NOM de ton Dieu en vain". Car enfreindre les commandements, c'est porter atteinte aux droits et à l'honneur de Dieu lui-même.
La suite de la strophe reste énigmatique pour moi. Je ne vois en tous cas pas de relation avec un épisode biblique.

STROPHE 4 :
Je ne trouve pas non plus de réminiscences bibliques clairement identifiables dans cette strophe ! Hormis le titre "the Lord of song".
Dieu n'est jamais nommé ainsi dans la Bible. Mais il n'est pas interdit de lui attribuer ce titre. Dieu est aussi le Seigneur et la source de la musique, de la chanson, et de toute beauté. HALLELUJAH !

COUPLETS COMPLEMENTAIRES (chantés par LC lors de sa dernière tournée mondiale 2008-10) et traduits par Jean Guiloineau :
"and remember when I moved in you
the holy dove was moving too,
and every breath we drew was Hallelujah" :
Conception mystique de la sexualité que l'on retrouve fréquemment chez Léonard Cohen (et dans le judaïsme). Lorsque l'homme et la femme s'unissent, Dieu n'est jamais très loin... L'acte sexuel est compris comme l'image de l'union mystique avec Dieu, ou entre l’Époux (Dieu) et son peuple (la fiancée). On retrouve cette conception mystico-spirituelle du couple chez l'apôtre Paul dans le célèbre passage de Ephésiens 5 v. 31-32).

"But all I've ever learned from love
Was how to shoot at someone who outdrew you" :
Dernier rappel du meurtre d'Urie ? A chacun de juger !



Journalisée
deodatus
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 263


« Répondre #46 le: 09 Avril 2012, 18:03:13 »

THE CAPTAIN :
"ever since WE lost,
If it's not the Crucifixion
Then it's the Holocaust" :
vers très intéressants. Le "WE" désigne-t-il le peuple juif ? Dans ce cas il faudrait comprendre que la crucifixion du Christ représente aussi une défaite pour le peuple juif. Dans quel sens ? Parce qu'Il n'a pas su reconnaître Celui qui lui était envoyé ? Parce qu'il a condamné au supplice l'un des siens ? Ou parce que le Christ crucifié incarne le destin du peuple d'Israël tout entier ?
Si l'on retient cette seconde hypothèse, Cohen se rapproche beaucoup d'un Marc Chagall qui, sur de nombreuses œuvres, a représenté le Crucifié au milieu des persécutions que subit le peuple juif ("la crucifixion blanche", de 1938, par exemple) les hanches ceintes du talith, le châle de prière juif, pour éviter tout malentendu : c'est bien un enfant d'Israël qui meurt sur la croix. Le rapprochement avec l'Holocauste semble confirmer cette lecture : la Shoah a frappé tout Israël. A travers la mort du Christ, c'est aussi tout Israël qui est concerné.

"May Christ have mercy on your soul" :
Léonard Cohen ne craint pas d'invoquer la miséricorde du Christ dans un dialogue entre deux interlocuteurs qui semblent faire partie tous les deux du peuple juif !

IF IT BE YOUR WILL :
sans contenir de références bibliques explicites, cette prière est imprégnée de thématiques bibliques : la louange de Dieu, les damnés, l'enfer, la miséricorde divine, les hommes comme "enfants (de Dieu)", la lumière, l'obscurité (la "nuit" dans laquelle se traîne le monde), l'aspiration au salut universel...
"Let the hills rejoice" : "que les collines se réjouissent", les collines qui explosent de joie se retrouvent par exemple en Esaïe 55 v. 12. Image de la nature qui participe à la louange du Créateur.
Journalisée
helena31
Vétéran
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 108


« Répondre #47 le: 19 Avril 2012, 10:02:28 »

La conception mystique de la sexualité m'intéresse beaucoup. L.C en est visiblement imprégné à travers le Judaïsme. Puisque ce thème est abordé, je voudrais signaler que cette conception existe dans d’autres cultures religieuses. Je pense au Soufisme. Pour ceux que ça intéresse, je ne résiste pas à l'envie de citer cette phrase de IBN 'ARABÎ (ardent mystique, maître du soufisme, 13ème s., auteur du "Traité de l'Amour") dans sa profession de foi : "On ne saurait jamais contempler Dieu directement en l'absence de tout support, car Dieu, en soi, est indépendant des mondes. La contemplation de Dieu dans les femmes est la plus intense et la plus parfaite, et l'achèvement le plus sublime à cette contemplation est l'acte d'amour". C'est exactement ce que dit, d'une manière un peu plus crue, un ami canadien de L.C : "pour L.C, baiser, c’est une prière".
(Entendu sur http://www.espace.mu/cohen  (ds la rubrique videos à écouter : l’influence de Léonard Cohen : Jim Corcoran et Thomas Hellman ). Je conseille cette vidéo jubilatoire à ceux qui ne l’auraient pas encore vue.
Au-delà de ce point précis, je m'aventure un peu mais je crois qu'une des raisons (mais pas la seule) qui explique le phénomène L.C , c’est  cette vision de l'Etre humain à la fois corps et âme, sa difficulté quelquefois à les concilier, avec toutes les interrogations, les déchirements que cela peut engendrer, le difficile parcours pour trouver la paix intérieure...Bref, dans ce chemin qui semble être le sien, il nous renvoie à nos propres questions et cela crée une proximité, presque une intimité entre lui et nous. Et ses chansons, textes, musique et voix imbriqués, nous réconfortent et en même temps nous donnent envie de nous élever. Enfin, c'est un point de vue personnel et je suis un peu sortie du strict sujet "L.C et la Bible". Vous me remettrez dans le droit chemin si nécessaire.
Journalisée
deodatus
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 263


« Répondre #48 le: 19 Avril 2012, 11:14:48 »

Merci, helena31, pour cette contribution ! Petit "excursus" qui n'est pas du tout hors de propos.
Je savais qu'on retrouve ce lien entre sexualité et religion dans de nombreuses traditions spirituelles (le tantrisme par exemple !!!). Je ne suis pas un spécialiste de cette question. Par contre, connaissant assez bien la Bible, je crois pouvoir affirmer que le lien sexualité/spiritualité y est assez peu établi. (Ne pas confondre le judaïsme, avec ses nombreuses écoles rabbiniques, et ses diverses traditions, avec la Torah, l’Écriture Sainte).
Dans l'Ancien Testament, en extrapolant beaucoup, on peut trouver de vagues traces de cette conception dans le récit de la Création en Genèse 1 où il est écrit que "Dieu créa l'Homme à son image : HOMME ET FEMME, il les créa". On pourrait comprendre que l'être humain n'est pleinement "image de Dieu" qu'en tant que couple. que c'est le couple qui représente la plénitude de "l'humanitude" (pardon pour ce néologisme !) et que par conséquent, l'acte sexuel constitue bien le summum de cette union mystique.
Sinon, le Cantique des Cantiques, qui célèbre l'amour érotique entre un homme et une femme, peut également être lu, et a été lu comme une parabole de l'union entre Dieu et le croyant. Mais à part ça, je ne vois pas de passage biblique qui établit clairement cette relation entre sexualité et spiritualité.
« Dernière édition: 19 Avril 2012, 11:27:02 par deodatus » Journalisée
lesperluette
Translator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 346



« Répondre #49 le: 30 Avril 2012, 18:16:24 »

Petit retour en arrière avec "Last Year's man" dans Songs of Love and Hate :

"But everything will happen if he only gives the word;
the lovers will rise up and the mountains touch the ground.
"

He gives the word.
Deodatus, est-ce que tu trouverais un quelconque rapport avec le "dis seulement une parole et je serais guéri" ?
(excuse-moi mais je suis bien incapable de contextualiser…)
« Dernière édition: 30 Avril 2012, 18:20:03 par lesperluette » Journalisée
deodatus
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 263


« Répondre #50 le: 30 Avril 2012, 19:09:47 »

Non, désolé, Lesperluette, mais personnellement je ne vois aucun rapport.
Journalisée
deodatus
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 263


« Répondre #51 le: 30 Avril 2012, 19:42:16 »

"I'M YOUR MAN"  (1988)

"FIRST WE TAKE MANHATTAN" :
"I'm guided by a signal in the heaven" : "les signes dans le ciel" font partie des phénomènes eschatologiques (qui concernent les temps de la fin) cités par Jésus en Matthieu 24 v. 30 et // (Marc 13 v. 24ss; Luc 21 v. 25ss).
Mais je reconnais que ce vers ne nécessite pas forcément une interprétation biblique !

"AIN'T CURE FOR LOVE" :
"the holy books are open wide" : "les livres saints sont grands ouvert".
"I don't need to be forgiven for loving you so much" : "je n'ai pas besoin d'être pardonné parce que je t'aime tant" : idem, ce vers peut parfaitement se comprendre dans "arrière-pensée" biblique. Mais de prime abord il m'a fait penser à certaines paroles des évangiles comme Luc 7 v. 47 où Jésus dit à propos de la "femme pécheresse" : "si je déclare que ses péchés si nombreux ont été pardonnés, c'est parce qu'elle a montré beaucoup d'amour". Ou encore : "l'amour couvre une multitude de fautes"
( 1 Pierre 4 v. Cool

"It's written in the scriptures" : c'est écrite dans les Ecritures (saintes). No comment...
"It's written there in blood" : évocation possible du sang de l'agneau pascal qui protège les premiers nés hébreux de la mort (Exode 12 v. 7,13)
Ou encore, évidemment, le sang du Christ, "l'Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde" (Jean 1 v. 29) dont l'agneau d'Exode 12 était une préfiguration. Les mentions du "sang de l'agneau" sont nombreuses dans le Nouveau Testament.

"EVERYBODY KNOWS" :
sans allusions directes, on peut cependant discerner des "échos bibliques" dans la cinquième strophe :
"everybody knows the PLAGUE is coming" : on peut faire le lien avec les 10 plaies d'Egypte (Exode 7 v. 14 - 12 v. 42) et tous les fléaux annoncés dans le livre de l'Apocalypse de Jean (famines, guerres, épidémies, séismes etc...) qui sont autant de signes eschatologiques.
Il est également question d'une "grande détresse / tribulation" dans ce qu'on appelle les "apocalypses synoptiques" : Matthieu 24 v. 21; Marc 13 v. 19; Luc 21 v. 23). Il me semble qu'à travers cette multiplication de "clins d'oeil" apocalyptiques, "The Future" se profile déjà à l'horizon !

"everybody knows that the naked man and woman..." : allusion probable à la situation d'Adam et Ève avant la "Chute" (péché "originel") : "tous deux étaient nus, l'homme et la femme,  sans se faire mutuellement honte" (Genèse 2 v. 25). Dans ce passage, la nudité sans honte du couple humain originel est symbole d'innocence et du "paradis (bientôt) perdu" !

"from the bloody cross of the Calvary, to the beach of Malibu" :
opposition de deux "extrêmes" ? La croix du Golgotha symbolise-t-elle la vérité, la pauvreté, le dépouillement, le sacrifice et la "plage de Malibu" la recherche du luxe, de la richesses, la vanité ? La frivolité ? Simples hypothèses. Antagonisme en tous cas entre les deux "lieux" cités.

"take one last look at the Sacred Heart" (et non... "the unified heart" ;-) !!!) : le "sacré cœur de Jésus" n'est pas une notion biblique. Elle fait partie de l'iconographie saint-sulpicienne chère à une certaine piété catholique (populaire ou traditionaliste).

"...the Sacred Heart, before it blows" : "la sacré coeur, avant qu'il n'explose, n'éclate". Allusion au coup de lance porté à Jésus sur la croix ?
Selon Jean 19 v. 34, du "sang et de l'eau" en auraient coulé...

"TOWER OF SONG" :
"and there's a mighty JUDGEMENT coming" : "un puissant (terrible) jugement approche"... : nouvelle allusion à connotation eschatologique !
Thème du jugement (dernier). Rappelle "the PLAGUE is coming"".... de EVERYBODY KNOWS




« Dernière édition: 01 Mai 2012, 08:49:43 par deodatus » Journalisée
lesperluette
Translator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 346



« Répondre #52 le: 30 Avril 2012, 22:55:12 »

Merci pour la réponse, rapide et claire !  Smiley
Pour les connotations catholiques, en particulier les images utilisées par Cohen, on peut rappeler l'influence de sa nourrice irlandaise et catholique, (c'est lui qui en parlait lors des interviews de janvier dernier ) et du quartier de Montréal où se trouvait la cathédrale Notre-Dame-de-Bon-Secours.
« Dernière édition: 30 Avril 2012, 23:03:51 par lesperluette » Journalisée
deodatus
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 263


« Répondre #53 le: 01 Mai 2012, 08:46:35 »

Merci de le rappeler, Lesperluette ! C'est effectivement par le biais de cette nourrice irlandaise que Léonard a découvert la foi chrétienne, la piété catholique en particulier. Son influence est mentionnée par la plupart de ses biographes.
Journalisée
deodatus
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 263


« Répondre #54 le: 01 Mai 2012, 16:45:22 »

Et je continue mon étude avec

"THE FUTURE"  (1992)

"The future" :
"give me Stalin and St Paul..." : LC convoque l'apôtre Paul comme représentant de la civilisation judéo-chrétienne. Associé à Staline, LC oppose les deux principaux systèmes idéologiques antagonistes (christianisme et communisme) qui récapitulent en quelque sorte une "monde ancien" qui est entrain de passer et que LC semble regretter avec nostalgie, au regard de ce qui nous attend dans le futur et qui lui a été révélé par une vision, comme aux prophètes bibliques.

"when they said REPENT, REPENT..." : l'appel à la repentance est un des leitmotiv de la Bible. Il retentit chez les prophètes de l'Ancien Testament qui appellent le peuple d’Israël à se détourner de ses mauvaises voies pour revenir vers Dieu. Et les évangiles, celui de Marc en particulier, résument la prédication de Jésus par un appel à la repentance : "le Royaume de Dieu s'est approché; convertissez-vous (ou "repentez-vous", "changez de comportement") et croyez en l’Évangile !" (Marc 1 v. 15)
Le mot traduit par "repentance" est le mot grec METANOIA qui signifie littéralement "changement de mentalité' qui induit un changement radical de comportement. Il inclut la notion hébraïque de "Shouv", c'est-à-dire de changement de direction, de retour vers Dieu.

"...I wonder what they meant" : rappel de l'endurcissement des cœurs et du refus de se repentir, qui est aussi une thématique très répandue dan la Bible. "Ils ont des oreilles et n'entendent pas, des yeux et ne voient pas..."

"I'm the little jew who wrote the Bible" : de fait, les livres bibliques sont l’œuvre d'écrivains d'origine juive pour l'immense majorité d'entre eux.
La Bible est le trésor que le peuple juif a légué à l'humanité.

"I've seen the nations rise and fall" : les nations qui s'élèvent et qui tombent... thème récurent dans certains psaumes et chez les prophètes : psaume 2 v. 8-9; 9 v. 16; 47 v.4; 59 v.9 etc...Voir aussi Esaïe 40 v. 17. On peut encore penser à la vision du colosse aux pieds d'argile de Daniel 2 v. 26ss.

"but love's the only engine of survival" : ce vers résume tout le message d'espérance de la Bible. Cf. 1 Corinthiens 13 v. 1-13 !!!

"the wheels of heaven stop" : il est question de "roues" dans les visions célestes du prophète Ezéchiel en 1 v. 16ss; ou chez Daniel 7 v. 9.

"give me Christ or give me Hiroshima" : l'alternative est simple : il faut choisir entre Christ et Hiroshima, le Bien et le Mal, la Vie et la mort, le salut ou la destruction...


"CLOSING TIME" :
"and the Holy Spirit's crying : where's the beef ?" : on est dans le délire total ! Le Saint-Esprit réclame "du boeuf" !!???

"and it's once for DEVIL and it's once for CHRIST".

"ANTHEM" :
"the holy dove" : dans la Bible la colombe est le symbole du Saint-Esprit (qui descend par exemple sur le Christ après son baptême : Matthieu 3 v. 13-17). Ici elle est le symbole traditionnel de la Paix.

"we asked for signs" : la demande de signes apparaît souvent dans la Bible. Ex : Juges 6 v. 17, 36; Esaïe 7 v. 11; Matthieu 16 v. 1-4; 24 v.3; Marc 8 v. 11-13.

"DEMOCRACY" :
"from the staggering account of the Sermon on the Mount" :
le "Sermon sur la Montagne" (Matthieu chapitres 5 à 7) commence par les célèbres Béatitudes (5 v. 1-12) et constitue un condensé de l'enseignement du Christ chez Matthieu.

"...which I don't pretend to undestand at all" : quelle humilité dans cet aveu de LC qui confesse ne pas "tout comprendre" du Sermon sur la Montagne !!! Moi non plus !

"from the wells of desappointment where the women kneel to pray" :
"puits" ? "femmes" ? Allusion lointaine à la rencontre entre une femme "déçue" (par la vie), la Samaritaine, et Jésus, au bord  du... puits de Jacob ? (Jean 4)

"for the Grace of God in the desert..." : le désert joue un grand rôle dans la Bible. C'est le lieu par excellence de la manifestation de Dieu. (Penser par ex. aux 40 années que le peuple d'Israël a passées dans le désert après sa sorite d’Égypte, ou à la tentation de Jésus au désert en Matthieu 4 v. 1-11).

"and the mountain's going to shout AMEN" :
"et la montagne qui s'écrie AMEN" ! Voici encore une image qui est clairement d'inspiration biblique. On trouve ce genre d'images dans les psaumes : 98 v. 8 "que les montagnes poussent des cris de joie !";  ou chez Esaïe 5 v. 13, 55 v. 12 ("Montagnes éclatez de joie" !)

"LIGHT AS A BREEZE" :
"at the alpha and the omega": l'alpha et l'oméga sont la première et la dernière lettre de l'alphabet grec. Dans la Bible, Dieu est appelé "le premier et le dernier" (Esaïe 46 v.12). Dans le Nouveau Testament c'est le Christ qui est appelé "le commencement et la fin, l'Alpha et l'Oméga"(Apocalypse 1 v. 8, 17; 22 v. 13)

"And like a blessing come from heaven" : "et comme une bénédiction venant du ciel..." Pas de référence biblique précise, mais "l'esprit" y est !

 
« Dernière édition: 01 Mai 2012, 16:58:26 par deodatus » Journalisée
dominiquer
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 153

There is a crack in everything ...


« Répondre #55 le: 15 Mai 2012, 18:10:45 »

Bonjour Helena31, Deodatus, Lesperluette et Phil58 (désolée si j'en oublie).

Je lis avec intérêt vos échanges sur LC et la Bible. Les références bibliques sont en effet évidentes, et m'ont frappée depuis le début. D'où mon intérêt à vos échanges vraiment très riches et pointus, n'étant pas experte en la matière.
Ce qui se dégage pour moi, par l'usage entre autres de ces références religieuses, bibliques (avec toute l'acception "originelle" du terme) c'est la notion de sacré, et aussi celle de pureté retrouvée, l'homme lavé du péché originel, l'homme nu et beau. Helena31 cite les propos d'un ami canadien de LC
L.C : "pour L.C, baiser, c’est une prière".

Aparté purement technique : je suis inquiète du look de ma citation je n'avais jusqu'alors jamais réalisé l'exercice. Soyez indulgents ...

En tout cas "baiser" pour LC me paraît être une action, un geste, un moment sacré, qui le relie à Dieu, à la Nature, à sa propre essence. Il est transcendé par l'Amour, et par l'acte d'amour, qui le relie au sacré, donc à Dieu.
Ecouter LC pour moi c'est le laisser nous faire l'Amour. C'est pour moi une expérience vraiment sacrée. Et je pense que cette expérience nous transporte, nous transcende, nous ouvre à l'Univers et à nous-mêmes, nous rend beaux, nous rend meilleurs.

Je n'avais jamais pensé jusqu'alors à "étudier" les textes de LC à la manière d'un thésard. Mais c'est une bonne idée tant ils sont riches. Je vais m'y essayer et voir ce qu'ils me livrent à moi aussi.

Rien à voir : pour Helena 31. J'aimerais tout de même bien avoir des nouvelles de la grand-mère et de sa 1ère petite fille .... Merci

A bientôt de vous lire
Journalisée
helena31
Vétéran
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 108


« Répondre #56 le: 17 Mai 2012, 18:08:40 »

Bonjour à tous. Je reviens vers vous.
Pour Deodatus d'abord : dans ta réponse à mon précédent message, tu citais Le cantique des cantiques. J'étais justement en train de le lire à ce moment-là. Personnellement, je trouve le texte sensuel. Je le perçois comme un hymne à l'amour vrai, mais je ne lui trouve pas la dimension sacrée que beaucoup semblent lui attribuer. Il faut dire que je suis pas dans l'exégèse. Je m'intéresse à ce thème (et à d'autres), mais le plus important pour moi, c'est ce que je ressens (plus que ce que je comprends) à la lecture d'un texte (ou d'une oeuvre) ou à l'écoute d'une chanson (ou d'un morceau de musique). Ensuite seulement, je cherche à en savoir plus. Et quelquefois, c'est le hasard (mais est-ce vraiment un hasard?) qui apporte des réponses à des questions que je ne m'étais pas posées. C'est ce qui s'est passé grâce aux membres de ce forum qui travaillent sur le texte en détail. Tout ça pour dire que je ne suis pas du tout spécialiste de la question, mais que je ressens très intensément la dimension du sacré dans les textes de L.C sans avoir analysé précisément les liens avec la Bible. Donc, merci encore pour ce travail d'analyse.

Pour Dominiquer en particulier : afin de ne pas parasiter le forum (dédié à L.C) avec nos échanges de grand-mères, je te propose de communiquer par messagerie privée. Je t'ai donc envoyé un P.M. J'espère avoir réussi la manipulation car je ne suis pas très douée question technique.

A bientôt pour de nouveaux échanges.
Journalisée
lesperluette
Translator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 346



« Répondre #57 le: 25 Mai 2012, 21:40:41 »

Bonsoir,
Je propose aux "nouveaux" de lire cette interview de Cohen dans les Inrockuptibles. Il y explique comment il se sert des images utilisées par les religions pour construire son langage poétique :
http://www.lesinrocks.com/1991/08/21/musique/comme-un-guerrier-11223522/
J'en profite pour expliquer que c'est le robot du site qui attribue des étoiles et des titres aux malheureux qui fréquentent ce forum ! Je ne dirais pas que je suis spécialiste de Leonard Cohen, et je ne me considère pas comme une "fan" non plus. Par contre, j'ai passé beaucoup de temps ici, ça c'est vrai.
Le travail de Deodatus permet d'approfondir quelquechose qui n'a ou qui n'a pas de rapport avec le travail de Cohen. L'idée n'est pas de disséquer les chansons ou de dissiper les mystères qui nous charment mais de rebondir vers les sources religieuses qui sont fondamentales dans la culture et la pensée occidentale. Je lui suis très reconnaissante de nous faire partager sa connaissance approfondie du Livre de référence !

Comme découverte du week-end de Pentecôte, je vous propose de visiter le musée Nicholas Roerich de New York. Cohen n'a quasiment jamais fait  appel à des peintres pour illustrer ses pochettes d'album. Roerich est le seul peintre. Regardez, et vous verrez que je ne suis pas totalement hors sujet :
http://www.roerich.org/collections.html
Si vous voulez voire beaucoup plus d'œuvres, allez sur Wikipaints.
« Dernière édition: 25 Mai 2012, 22:01:17 par lesperluette » Journalisée
deodatus
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 263


« Répondre #58 le: 27 Mai 2012, 10:38:18 »

Merci, Lesperluette, pour le lien vers l'interview des Inrockuptibles ! Ce que Léonard y dit à propos de la religion et de la spiritualité confirme mes intuitions sur ces sujets...
Journalisée
Blue_Berry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 421



WWW
« Répondre #59 le: 14 Juin 2012, 15:29:41 »

Hello tout le monde. Je reviens après une assez longue éclipse due à un gros coup de cafard suite à la mort accidentelle et trop prématurée de ma chatte Galarne fin février (tombée dans l'eau glacée > hydrocution) pour laquelle je m'en veux encore et n'ai pas trouvé de sens, sinon une réflexion sur l'Au-Delà que je souhaite comme la réunion avec nos amis disparus, ce qui atténue un peu la peine présente... Oui, la qualité d'Amitié dont est capable un simple animal reste pour moi quelque chose d'extraordinairement admirable... et exemplaire.
Une nouvelle princesse féline est venue depuis hier succéder à Galarne (et à Manivelle plus loin dans le temps), Herna, à peine 3 mois, et déjà très douée pour offrir sa confiance et son Amitié...

Pour en revenir au présent sujet, j'ai tout lu ou presque ! Admirable travail, Deodatus !
À propos de la "mer (qui) délivre" de Suzanne, l'allusion à Moïse pourrait tenir en ce sens que la Mer Rouge, en se refermant derrière le peuple Juif qui vient de passer, sauve celui-ci d'une nouvelle capture par les troupes de Pharaon. Et gardons à l'esprit que "Moïse" (ou Moshe) peut se traduire non seulement par "Sauvé des eaux" ce qui est bien connu, mais aussi par "Celui qui sauve des eaux".
Journalisée

We're just two lost souls
swimming in a fish-bowl,
year after year,
Raving on the same old ground,
what have we found ?
The same old fears,
Wish you were here...
Pages: 1 2 3 [4] 5   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

TinyPortal v1.0 beta 4 © Bloc
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2013, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !