Leonard Cohen Forum
14 Décembre 2017, 03:40:05 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
 
  Accueil   Forum   Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
*

Menu

Thèmes


Permanent?
Pages: [1] 2  Toutes   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Notes par Pico Iyer  (Lu 19216 fois)
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« le: 21 Août 2004, 16:17:38 »

Bonjour à tous,

http://www.leonardcohensite.com/dearheather/news.htm

- "Une première réaction" par Pico Iyer est disponible en français.

Et pour information :
- "Praise of the Interim" par Leon Wieseltier est toujours en attente de traduction.

Amicalement,
Patrice.
Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #1 le: 01 Septembre 2004, 16:38:36 »

J'ai beaucoup aimé cet article, bien écrit et très parlant finalement. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi je vois entre les lignes une déception que Pico essait de dissimuler sous une anaylse stylistique (concernant la simplicité des textes notamment et le caractère hétérogène des morceaux).
Enfin, j'en profite pour poser une petite question à Patrice : as-tu des informations à propos de la date de pré-commande de l'album ? Sur Amazon, toujours rien en tout cas, et nous sommes à seulement 25 jours de la sortie.  Huh
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #2 le: 01 Septembre 2004, 17:34:46 »

C'est trop tôt pour la pré-commande, la date de sortie a changée, c'est les 25 et 26 octobre...
http://www.leonardcohensite.com/dearheather/index.htm
pour plus d'infos sur les chansons et les musiciens.

Oui, il est clair que Pico Iyer n'est pas franchement enthousiaste... Leonard avait promis des surprises, il y en a (certains musiciens sur certaines chansons présagent qque chose de très bon), mais d'autres chansons risquent de surprendre, je le crains.

Je n'ai pas encore la traduction du texte de Leon Wieseltier, mais voici l'original. Car ce n'est pas tout à fait le même style.

Citation
Praise of the Interim

August 19, 2004

By Leon Wieseltier

"It seemeth to me there is as it were a plague in the house". Those are the mysterious words, from the Book of Leviticus, that the owner of a house addresses to a priest when he notices a strange lesion on his dwelling, and seeks relief from the impurity that is denoted by this wound to his walls. What is so striking about this voice, what struck the commentators about it, is its tentativeness, its imprecision, its uncertainty. It is rare in Scripture that somebody does not know for sure. But this man does not report a plague in his house, he reports his impression of a plague in his house. Why? Perhaps his fear has rattled his confidence in his mind. But another explanation (always another explanation!) was given. The point of this locution, so unfamiliar in the biblical universe but so familiar in the human universe, is, in the words of an ancient rabbi, to "teach your tongue to say: ‘I do not know’".

Here endeth the midrash for Dear Heather. But it is precisely from such a tongue that this reflective and lovely and companionable record has fallen. For poets, for artists, for thinkers, there is no more perilous illusion than the illusion of the last word. There is no such thing as the last word, because in another moment the light will change, the page will turn, the caress will end, the ice will melt, the shadow will pass, the glass will break, the news will arrive – the world will no longer look as it did, the world will no longer be what it was, when you wrote or spoke or sang the words that were designed to capture it, and to fix it, and to settle the matter of its meaning once and for all. The ideal of the last word represents only a desire to be released from the variety and the mutability of life, to bring experience and expression to an end. Behind the grandiosity of the last word, the big statement, the final image, the ultimate conclusion – behind all these conceits and coercions lies a sorry exhaustion and a specious authority.

Dear Heather is a retort to such exhaustion and a rejection of such authority. Its achievement is owed to the reduction of its scale. Cohen has always been fascinated by his own smallness: he does not rebel against it so much as he rebels within it. His art has been a long and invigorating endeavor to coax significance out of insignificance. He never introduces anything large or anything lasting except wryly, as if to say: here is what he who does not know knows. And Dear Heather is a perfect document of this brilliant humility. Here the form has caught up with the philosophy. The record is a notebook, a scrapbook, a sketchbook, a miscellany of ideas and moods and observations and diversions -- the definitive declaration of Cohen’s glad loss of interest in the definitive. The temper here is provisional, digressive, incomplete, quiet, experimental, generous, artisanal. Dear Heather is located in the middle of the work and in the middle of the world. Cohen sings, but not always; sometimes he lets others sing (especially Anjani Thomas, in whose preternaturally gorgeous voice Cohen has found the most angelic of all his "angels"), and sometimes he speaks, his own words or the words of others. He wishes to give what he loves a hearing. Even in sadness, he comes to praise.

The record revels in its own lack of monumentality. No emotions are exempted from its insistence upon the reality, and the beauty, of the ordinary. Consider "On That Day", Cohen’s contribution to the mourning for September 11, 2001. On the occasion of "the day they wounded New York", he has written a ditty. It is all of two minutes long, and it includes the unplangent twanging of a Jew’s harp. But there is no blasphemy in this simplicity. Not at all. The song is deeply affecting because of its refusal of the temptation of magnitude, and also because of its argument that one may respond to evil with madness or with service. Compare this unlikely commemoration to the bombastic arena-rock threnodies that were provoked by the catastrophe in New York and you will have a lesson in grief’s integrity. Or consider "Dear Heather", the wickedly amusing title track. Here it is not sorrow that is translated into the idiom of the actual, it is desire. A woman walks by a man and undoes him so completely that he must teach himself again to spell. Cohen is tickled by the banality of his own lust. Where anguish once was there now is silliness. The longing persists, but the slavery is over. And the evidence of inner freedom is everywhere in Dear Heather. It is a window upon the heart of an uncommonly interesting and uncommonly mortal man, a man with the stomach for transience.

Amicalement,
Patrice
Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #3 le: 01 Septembre 2004, 18:11:48 »

Merci pour ce texte, justement je le cherchais : je vais tenter d'y comprendre quelque chose en attendant la traduction française  Smiley
En tout cas, je commence à devenir impatient à l'approche de la sortie. D'ailleurs je suis allé faire un tour sur amazon.com et "Dear Heather" est bien en pré-commande avec la pochette prévue qui semble ainsi confirmée. Pour nous en France, il faudra donc, comme tu le dis, attendre un peu avant de commander par avance le disque.
Sera-t-il le dernier de Leonard ? Pico Iyer à l'air de penser que oui, mais ce type de commentaires avait déjà fusé à l'époque de "Ten New Songs".
Voilà, j'espère que nous aurons bien vite plus d'infos sur ce nouvel opus.  Wink
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #4 le: 01 Septembre 2004, 18:54:35 »

Citation
Sera-t-il le dernier de Leonard ? Pico Iyer à l'air de penser que oui, mais ce type de commentaires avait déjà fusé à l'époque de "Ten New Songs".

Hum... il faudrait un topic complet pour parler de ça... Smiley

Ce que tu dis est vrai à l'époque de TNS mais très peu de temps plus tard, Leonard avait dit qu'il aimerait travailler encore avec Raffi Hakopian et Anjani Thomas.
C'est fait sur "Dear Heather" !.

Maintenant, pour te répondre : au seul vu de la photo (LC mal rasé, avec le béret et la tasse), j'avais parlé à quelques amis proches d'un "album testament". En même temps, je savais que LC voulait remercier nominativement tous ceux qui l'ont aidé de prés ou de loin en y mettant leurs noms sur la jaquette de l'album, c'est un signe. La liste des crédits avec les musiciens (quand il y en a) montre dans certains cas un véritable "retour aux sources": la guimbarde, la guitare, etc. Et ses meilleurs musiciens sur certaines chansons. Plus le nouveau look de LC qui ressemble étrangement à celui de ses débuts.
Bref, et ceci n'engage que moi (surtout pas le site!), c'est le dernier album studio de Leonard Cohen qui songe sans doute se consacrer à d'autres choses.

Concernant les chansons, Pico confirme ce que j'avais deviné, ce sera complètement baroque au niveau du style...

Amicalement,
Patrice.
Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #5 le: 01 Septembre 2004, 21:08:22 »

...et j'en ai profité pour relire le texte de Pico (le second est trop compliqué littéralement pour mes quelques notions d'anglais) et j'ai retenu trois passages marquants sur lesquels j'aimerais revenir :

1°) Le coup des "notes, post-it, des mots comme dans une lettre à un ami" : cela ressemble un petit peu aux poèmes de Leonard. Je m'en rend bien compte en lisant les deux volumes de "Musiques d'ailleurs" : il y a une différence souvent net entre les textes chantés et ses poèmes parfois d'une simplicité proche du dénuement... Et si ce n'était plus "Songs of Leonard Cohen" mais une sorte de "Words of Leonard Cohen", une manière de "boucler la boucle" ?

2°) La réflexion : "que vont faire les auditeurs de ce disque ?" laisse augurer un album plutôt difficile à écouter, au contraire de "Ten New Songs", beau, reposant, doux...

3°) Enfin, parlons de la célèbre voix de Leonard : et s'il n'en avait tout simplement plus ? Si, finalement, il avait pris cette décision d'abandonner la chanson puisque plus en mesure de "chanter"... C'est une hypothèse, parce qu'à mon humble avis, on ne stoppe pas une carrière de chanteur. On peut arrêter la scène comme un Brel (et encore il a plus ou moins triché  Wink )  mais l'écriture et le chant me paraissent plus difficiles à stopper du jour au lendemain... Nous verrons bien, mais apparement, d'après Pico Iyer, les choeurs sont plus présents que jamais...
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #6 le: 01 Septembre 2004, 22:37:17 »

Ouf, que de questions pertinentes !. Cheesy

#1 : Leonard s'est contredit. Dans une interview, il avait dit que le travail pour écrire un poème ou une chanson était le même (c'est sur le site, quelque part, il faut fouiller...). Lors d'une autre interview, il avait dit que c'était un travail radicalement différent.
Moi, je pense que LC n'a pas besoin de beaucoup de mots pour écrire un texte de chanson (un peu plus que pour un poème, parfois). Simplement, il faut travailler un peu plus les rimes, lui qui écrit souvent en vers libres. Mais nous avons l'expérience de poèmes mis en musique longtemps plus tard, comme sur cet album où une musique a été composée pour un poème daté de... 1961.... y'a pas à dire, ses textes durent bien plus longtemps qu'une Volvo... Smiley
Si j'ai bien compris, il y avait peu de mots dans TNS, et il y en aura encore moins dans "Dear Heather".
Alors oui, "Words of Leonard Cohen", ça pourrait bien aller. Wink

#2 : je ne peux pas répondre sans avoir entendu les chansons.
TNS était homogène, c'est vrai. Mais musicalement parlant, c'était aux antipodes de ce qu'a fait LC auparavent, il faut bien avouer... Lips Sealed

#3 : ben oui, c'est ça, je crois bien.
Déjà lors de la promo presse de 2001, Bernard Lenoir (sur France Inter) avait dit à Cohen : "Only Johnny Cash can go deeper". Lors du même interview, LC avait ironisé en disant qu'il était le choriste de Sharon Robinson sur TNS. C'est faux, les chansons de TNS sont des duos.
Tandis que ça risque bien d'être vrai sur DH... on le saura à l'écoute. Smiley

Pourquoi n'y a t-il pas eu de tournée après TNS ?. Leonard avait pourtant entretenu le doute à ce sujet. Bon, j'admets qu'il n'y avait pas de musiciens (!), mais on peut toujours adapter une mélodie. LC avait également parlé de ses problèmes liés aux tournées.
Je pense que nous avons une partie de la réponse.

Par contre, à mon avis, il n'abandonnera pas l'écriture !.

Amicalement,
Patrice.
Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #7 le: 02 Septembre 2004, 08:28:59 »

Attendons donc "Dear Heather" pour juger de l'étendue des dégats, ou être au contraire agréablement surpris ! Je l'espère en tout cas. Il pourrais faire un petit effort notre ami Leonard : même Dylan tourne encore, et il a une voix effroyable depuis quelques années Grin
J'imagine qu'il veut du repos. Il avait été question qu'il rédige son autobiographie : ça me plairais beaucoup mais si ma mémoire est bonne ce n'était qu'une rumeur... une de plus...
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #8 le: 02 Septembre 2004, 19:25:11 »

Dylan... Evil
Plusieurs amis ont été le voir (il passe dans des petites villes Roll Eyes), ils ont tous été déçus, et je les comprends.
Sans vouloir être méchant, Dylan devrait rester chez lui, ça devient pathétique. Sad

L'auto-bio de LC, ce serait bien, oui. Mais la rumeur disant qu'il l'avait rédigée dans l'urgence au Canada était totallement fausse. Par chance, car un truc comme rédigé dans l'urgence, c'était mauvais signe. Grin

Amicalement,
Patrice.
Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #9 le: 02 Septembre 2004, 20:00:57 »

Oui, désolé de faire un hors-sujet mais effectivement Dylan est passé en juillet à Saint-Etienne et Montauban. J'ai eu la chance de le voir à Saint-Etienne et je dois dire que je suis heureux de pouvoir déclarer "j'ai vu Dylan en concert", mais c'est vrai que je suis sorti déçu moi aussi. J'ai du reconnaitre 3 chansons sur 20 tellement il chante mal. Grin
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #10 le: 02 Septembre 2004, 22:31:21 »

voila exactement ce que je voulais dire...
 Clap
Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
jluc
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3


« Répondre #11 le: 19 Septembre 2004, 06:45:05 »

Bonjour,

Je me demendais, si ce devait être son dernier album, s'il le dirait ouvertement ou non... Pour ma part je serais étonné qu'il s'écarte de  l'univers musicale sans précision à ce sujet. En tout cas j'ai été bien inspiré de venir jetté un petit coup d'oeil à ce site sinon je n'aurais jamais su que LC sortais son nouvel album. Merci à vous  Clap

Sinon pour Bob Dylan et bien j'ai été le voir au Zénith de Paris et j'ai eu honte d'y avoir amené un ami... Ce n'est pas tant le fait qu'il chante mal, il a toujours mal chanté, mais plutot qu'il n'a plus aucune présence sur scène ! L'artiste pendant tout le concert est resté prostré dans son coin, regardant à peine le public. Certains spectateurs ont eu droit à ne voir de lui que son dos pendant presque toute la durée de l'événement... J'ai dû reconnaître péniblement 3 ou 4 chansons dans l'ensemble... Je suis heureux au moins d'avoir vu Dylan en chair et en os, mais pour le reste c'est une cruelle déception !
Journalisée
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #12 le: 19 Septembre 2004, 08:32:21 »

Bienvenue Jean-Luc  Smiley
Bonjour,

Je me demendais, si ce devait être son dernier album, s'il le dirait ouvertement ou non... Pour ma part je serais étonné qu'il s'écarte de  l'univers musicale sans précision à ce sujet. En tout cas j'ai été bien inspiré de venir jetté un petit coup d'oeil à ce site sinon je n'aurais jamais su que LC sortais son nouvel album. Merci à vous  Clap

Je crois que l'on a évoqué dans ce topic ou sur un autre sur le forum "Dear Heather" cette idée d'album d'adieu. Vraisemblablement, tout porte à croire qu'il s'agira bien de son ultime : d'ailleurs je suppose que tu as lu les deux textes de Pico Iyer et Leon W... qui s'accordent à dire que ce disque sent l'adieu. Il me semble que Leonard lui-même l'a sous-entendu dans une interview: il faudra demander à Patrice.

Sinon pour Bob Dylan et bien j'ai été le voir au Zénith de Paris et j'ai eu honte d'y avoir amené un ami... Ce n'est pas tant le fait qu'il chante mal, il a toujours mal chanté, mais plutot qu'il n'a plus aucune présence sur scène ! L'artiste pendant tout le concert est resté prostré dans son coin, regardant à peine le public. Certains spectateurs ont eu droit à ne voir de lui que son dos pendant presque toute la durée de l'événement... J'ai dû reconnaître péniblement 3 ou 4 chansons dans l'ensemble... Je suis heureux au moins d'avoir vu Dylan en chair et en os, mais pour le reste c'est une cruelle déception !
Et oui, il a fait pareil à Saint-Etienne : une catastrphe. Cloué à son Synthé pendant une heure et demi, tournant le dos à toute la partie gauche de la salle, ne se levant que pour fumer une cigarette entre deux chansons, parfois même deux couplets... Parfois j'ai cru à de la provoc', c'est te dire  Lips Sealed
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #13 le: 19 Septembre 2004, 23:01:58 »

Citation
d'ailleurs je suppose que tu as lu les deux textes de Pico Iyer et Leon W... qui s'accordent à dire que ce disque sent l'adieu. Il me semble que Leonard lui-même l'a sous-entendu dans une interview: il faudra demander à Patrice.

Non, pas d'interview.

C'est un projet qu'avait LC à propos du livret qui semble ne pas se concrétiser (blocage au niveau de la maison de disques?, je ne sais pas) mais je n'ai pas le droit d'en dire plus ici.

Par contre, les photos (surtout la première à nous être présentée), les paroles, les notes de Pico et Leon, la touche finale par un live (qui suppose des applaudissements à la fin) sont autant de signes assez clairs, à mon avis. Plus, je l'ai déjà dit, un certain retour aux sources avec l'utilisation de la fameuse guimbarde, entre autres. Le souci des détails dans certains textes aussi.

Citation
Je me demendais, si ce devait être son dernier album, s'il le dirait ouvertement ou non...

Leonard est un homme à nous donner des indices, des signes comme je l'ai dit plus haut, pas à être clair et direct. Smiley Et très franchement, c'est uniquement là dessus que je me base pour dire ça.

Amicalement,
Patrice.
Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Jean-François
Le Héron
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 84



WWW
« Répondre #14 le: 20 Septembre 2004, 17:24:11 »

Bonjour à tous,
désolé de ne pas répondre au sujet de Cohen et de diriger mon attention et message sur Dylan. Évidemment, Bob en concert, ça frappe. Je l'ai vu à Québec en 2002 et je dois dire qu'il était assez statique et que la performance est loin d'être l'une de ses meilleurs. Parmi les nombreux commentaires négatifs que j'ai entendus sur Dylan en spectacle c'est la voix, la voix qui raille, la voix qui se désintègre de la mélodie, qui s'en détache. De mon côté la voix de Dylan ne me dérange pas tellement. Pour ce qui est de reconnaître les chansons et bien ça fait au moins 15-20 ans qu'il les chante comme ça (c'est-à-dire différement des versions originales) alors seuls ceux qui n'ont pas écouté les concerts de ces dernières années sont surpris (et c'est comprenable). Nous pouvons nous questionner sur le nombre effarant de ces concerts et sur la qualité des performances de Bob, - à ce propos j'aime bien le commentaire de Patrice:
Citation
Dylan devrait rester chez lui, ça devient pathétique.
Je dois dire que je me pose parfois la même question, merde, pourquoi il continue dans ces conditions?! Mais Dylan est "obsédé" de scène (alors qu'il n'a plus la prestance d'un homme de scène) mais je trouve ça étonnant quand même de le voir continuer à chanter, il n'arrête pas, il n'a presque jamais arrêté, c'est un mangeur de musique, et cette musique contient une énergie unique (comme celle de Leonard d'ailleurs). Je trouve même qu'il a retrouvé une certaine voix lors de sa tournée estivale de 2004! De toute façon je n'ai JAMAIS entendu Bob Dylan faussé...  Cool

Journalisée
Pages: [1] 2  Toutes   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

TinyPortal v1.0 beta 4 © Bloc
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2013, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !