Leonard Cohen Forum
24 Octobre 2017, 04:49:12 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
 
  Accueil   Forum   Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
*

Menu

Thèmes


Permanent?
Pages: 1 2 [Toutes]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: "Télérama" démolit Cohen...  (Lu 22821 fois)
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« le: 17 Octobre 2004, 17:22:15 »

Coucou tout le monde...
On m'a dit que Télérama, dans sa critique de Dear Heather, avait plutôt démolit Leonard Cohen...  Angry Quelqu'un a-t-il lu cet article ? Patrice peut-être ?
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
maximalain
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 9



« Répondre #1 le: 17 Octobre 2004, 18:08:53 »

Voila ce que l'on trouve sur le site internet de Télérama du 8 octobre 2004:

On serait plus qu'heureux de voir Leonard Cohen tenter lui aussi de renouveler son jeu, mais rien n'y fait : CD après CD, le majestueux Canadien s'enfonce un peu plus dans la facilité et les recettes réchauffées (voix de femmes usantes, synthés Prisunic, saxophone ringard). Le radotage, hélas, n'est plus très loin. Et cette question nous taraude : à quoi bon écouter un nouveau Cohen quand ces glorieux disques passés, qui n'ont pas pris une ride, sont disponibles partout, pour moitié moins cher ?

 Insulte
Journalisée
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #2 le: 17 Octobre 2004, 18:15:43 »

Oui, c'est ce que je viens de trouver aussi et je suppose que c'est exactement ce qu'il y avait sur le magazine... Ce qui m'énerve c'est le "disques après disques, Cohen s'enfonce" : en clair cela veut dire que "The Future" et "Ten New Songs" étaient déjà un peu de la daube  Lips Sealed  Roll Eyes
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
maximalain
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 9



« Répondre #3 le: 17 Octobre 2004, 19:05:08 »

Oui c'est ce qu'ils sous-entendent...mais  c'est aussi finalement la reconnaissance de la très haute qualité de son travail passé (ce qui n'est déjà pas négligeable de la part d'intellectuels tels que ceux de Télérama)  Est-ce possible de toujours resté au top ? Ils s'attendaient peut-être a un joyau comme il a su en pondre, alors que peut-être sa dernière progéniture n'est-elle que correcte ? ( je n'en sais rien du tout et ne peux me la procurer là ou j'habite)
Journalisée
maximalain
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 9



« Répondre #4 le: 17 Octobre 2004, 19:25:59 »

Deux petites lignes à propos de Deah Heather sur clairdeluna.free.fr
"De tres tres grand mercis à ce Cher Léonard
il va encore tourner en boucle des nuits entières cet album, hum !!!"
..... c'est plus sympa comme critique !!
Journalisée
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #5 le: 17 Octobre 2004, 19:45:27 »

Succint mais rassurant, c'est clair !  Cheesy

Au fait, en lisant ton message je me suis posé une question : ils ont des intellectuels maintenant chez Télérama Huh  Huh  Grin Grin Grin
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
maximalain
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 9



« Répondre #6 le: 18 Octobre 2004, 11:15:44 »

 Grin C'est ce qu'on m'avait dit !! Mais je me rends compte que cela devait être par rapport aux autres magazines de progammes télévisuels.. ( chez moi on lisait Télé Tsar, alors évidemment on les prenait pour tels..) aie ! ça fait mal ça !!  Lips Sealed
Journalisée
Jean-François
Le Héron
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 84



WWW
« Répondre #7 le: 18 Octobre 2004, 17:06:16 »

Bonjour à tous,
je n'ai pas encore écouté "Dear Heather" donc il m'est difficile de contrer la critique de Télérama, étant donné qu'il me manque une pièce à l'énigme. Cependant, l'enfoncement progressif de Cohen "cd après cd" noté par le(s) critique(s) me semble tout à fait injuste et est certainement le fruit d'un esprit qui juge sans fondement.

Certaines personnes imbues d'elles-mêmes ne savent pas reconnaître la beauté de la lassitude.
Journalisée
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #8 le: 18 Octobre 2004, 17:23:53 »

Bonjour à tous,
je n'ai pas encore écouté "Dear Heather" donc il m'est difficile de contrer la critique de Télérama, étant donné qu'il me manque une pièce à l'énigme. Cependant, l'enfoncement progressif de Cohen "cd après cd" noté par le(s) critique(s) me semble tout à fait injuste et est certainement le fruit d'un esprit qui juge sans fondement.

Certaines personnes imbues d'elles-mêmes ne savent pas reconnaître la beauté de la lassitude.

Tout à fait exact, il n'y a rien à redire. Et puis, passez-moi l'expression, certains critiques "frôlent l'orgasme" quand ils cassent du sucre sur le dos de légendes, de Grands. C'est probablement le cas de se type de Télérama qui se croyait subtil en critiquant Cohen.  Evil
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
FURUIKE
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 42


The solitude of strength


WWW
« Répondre #9 le: 19 Octobre 2004, 13:43:49 »

Hello everybody... Grin
Je crois tout simplement que les "intellectuels" franco-français (sorry for those who will feel concerned!) ont toujours eu besoin de faire du massacre à la tronçonneuse avec chaque nouveauté d'un artiste reconnu...

Pour ma part, j'achèterai Dear Heather dès sa sortie et tant pis si cela chagrine quelqu'un.   Cheesy Cheesy Cheesy

Soit dit en passant, ce ne serait pas la première fois que LC se ferait "accrocher" par la critique. Et puis ne dit-on pas qu'une critique en dit plus  Evil sur l'auteur de l'article que sur l'oeuvre concernée ?

A vous lire.
Laurent
Journalisée

It's coming like the tidal flood beneath the lunar sway / Imperial, mysterious, in amorous array / Democracy is coming to the USA
FURUIKE
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 42


The solitude of strength


WWW
« Répondre #10 le: 19 Octobre 2004, 13:49:40 »

Encore un petit mot en passant !  police

Les thèmes de LC sont "éternels" s'il en est, ceux qui ont eu un passé / une ascendance un peu "troublés" le savent bien. Et comme dirati Brel, on n'oublie rien ! Serait-ce s'enfoncer que d'évoluer dans la vie avec toutes les contradictions qui nous tissent ? Angry

Laurent
Journalisée

It's coming like the tidal flood beneath the lunar sway / Imperial, mysterious, in amorous array / Democracy is coming to the USA
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #11 le: 19 Octobre 2004, 17:30:35 »

Dire que LC a participé à l'émission de Bernard Lenoir en 2001 (seule promo radio au monde) et était intérrogé par Hugo Casavetti du magazine.... Télérama..... Shocked

 police

Bon, c'est vrai que LC a toujours été critiqué, surtout à ses débuts.

C'est vrai aussi qu'il y a une évolution musicale, on ne peut pas le nier.... c'est pas une raison pour qu'un média le démolisse à ce point.

Patrice.
Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #12 le: 22 Octobre 2004, 00:35:59 »

Télérama n'est pas le seul...

Il y a aussi celui ci...


 Angry
Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #13 le: 22 Octobre 2004, 07:54:00 »

Je suis content car j'ai presque compris tout l'article  Smiley
C'est vrai qu'il y a quelques piques qui font mal, mais au moins l'article est argumenté et appliqué contrairement à la critiquouillette oiseuse de Télérama.
Je relève aussi que ce n'est pas la première fois que je trouve une comparaison entre Gainsbourg et Cohen  Lips Sealed
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
Adrien
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4


« Répondre #14 le: 22 Octobre 2004, 12:20:52 »

Bonjour!
De passage sur ce site et ce forum, je vois ce titre: "Télérama démolit Cohen", et évidemment, je viens jeter un coup d'oeil. Pire: je ne peux m'empêcher de venir mettre mon grain de sel.
Bien sûr, chacun est libre d'aimer ce qu'il veut, et je m'en veux de brandir un argument aussi banal et évident, mais il faut bien commencer par quelque chose.
Or, je trouve raisonnable de trouver regrettable le passage de Cohen au tout-synthétiseur (ou quasi). De ce point de vue-là (et je suppose que cela a dû être débattu amplement ici), je trouve que The Future était un exemple de cette technologie parfaitement appliquée, alors que son mauvais emploi est ce qui a selon moi empêché Ten News Songs d'être un album sublime.
Je n'ai bien sûr pas encore entendu Dear Heather, et bien sûr je me précipiterai pour me le procurer. Mais il est vrai que Cohen donne un peu l'impression dans ses dernières chansons de négliger la musique au profit du texte. C'est un point de vue qui se défend, mais la logique voudrait alors que sa voix seule porte ses textes. Je rêve d'un disque dans lequel, avec sa voix actuelle, il retrouverait le dépouillement des arrangements de ses débuts.
En cela, la critique de Télérama, qui n'est, comme toute critique, qu'un point de vue, ne me paraît pas outrageusement injuste. Faire le procès du journal et de ses journalistes, cela me paraît par contre semé d'un brin de mauvaise foi.
Mais je sais très bien, pour l'avoir ressenti, que quand on aime, on ne peut être objectif, et c'est tant mieux!

Adrien
Journalisée
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #15 le: 22 Octobre 2004, 15:46:15 »

Bonjour Adrien,

Ce que je reproche à Télérama, c’est un peu de "cracher dans la soupe" comme je l’ai expliqué. Car le point de vue de ce journaliste est respectable même s’il est négatif !

Pour en revenir à Cohen, je suis d’accord avec toi. "The Future" représente un compromis entre les nouvelles technologies musicales et le début dépouillé de LC. Même si l’album précédent ("I’m your man") était, à mon humble avis, nettement moins bon sur le plan musical. Mais il ne faut pas oublier le magnifique "Various Positions", où avec des textes superbes, Cohen commençait à utiliser un autre genre de musique.
Tous ces albums ont un point commun : une somme de travail considérable, un équilibre entre les textes et les musiques.

Je suis également allergique au synthé... LC a peut-être voulu conquérir un public plus jeune mais il faut bien avouer que la musique par ordinateur n’a pas eu le succès prévu malgré une promo d’enfer par la maison de disques. Pourtant, TNS représente aussi beaucoup de travail, une grande homogénéité mais ce n’était plus tout à fait le "même Cohen".

A l’inverse, "Dear Heather" est un album franchement déroutant et fort peu homogène. Moins de synthé, plusieurs jolies mélodies, des paroles qui font regretter même TNS (de part leur absence !), l’ensemble fait penser à un album qui serait très peu travaillé. Ceci dit, la quasi-absence de synthé me comble de joie et me fait préférer celui-ci à TNS tout en regrettant les anciens albums...

Mais aussi, Cohen avait atteint le sommet de la perfection, impossible de faire mieux, très facile de faire moins bien.
Si on ajoute l’absence totale de promo par Cohen lui-même et une promo très discrète par la maison de disques, je crains que cet album ne soit un échec commercial. Beaucoup le considèrent déjà comme un demi échec musical... tout ça est bien regrettable.

Amicalement,
Patrice.
Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #16 le: 22 Octobre 2004, 16:54:55 »

Bonjour Adrien,

Ce que je reproche à Télérama, c’est un peu de "cracher dans la soupe" comme je l’ai expliqué. Car le point de vue de ce journaliste est respectable même s’il est négatif !


Bonjour Adrien. Pour ma part je partage l'avis de Patrice à propos de Télérama, mais j'ajoute que ce qui me gène le plus c'est la facilité de la tournure : il n'y a de sa part aucune argumentation et on pourrait presque dire qu'il a très bien pu écrire ça en n'écoutant, par exemple, que la première chanson... Mais bon  Huh
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #17 le: 25 Octobre 2004, 09:29:41 »

Ça y est !! Le jour J est arrivé  Smiley
Ce matin vers 8h15, France Inter a rendu hommage à Leonard Cohen, diffusant deux extraits de "Dear Heather" : "Because Of" et "On that day". La chroniqueuse a reconnu que l'album, particulièrement au niveau musical, essuyait quelques faiblesses mais a été plutôt positive et nostalgique. J'espère que nous auront bientôt d'autres commentaires de professionnels sur ce disque !  Wink
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #18 le: 26 Octobre 2004, 08:20:02 »

Et voici à présent ce qu'en dit le vénérable magazine "Rolling Stone" :


RATE : 3,5 stars

Thirteen new (and old) songs from Canada's hippest seventy-year-old it's folly to complain that Leonard Cohen has lost his voice, since he never really had one to begin with. From the thin Canadian-folkie drawl of 1967's Songs of Leonard Cohen to the grave, gravelly tone that settled in circa 1988's I'm Your Man, Cohen is such a sourpuss that it's easy to miss his jokes. Take "Because Of," from the new Dear Heather, in which he seems to enact the title of his 1977 album, Death of a Ladies' Man: "Because of a few songs/Wherein I spoke of their mystery/Women have been exceptionally kind to my old age," he croaks as only someone who lived with Rebecca De Mornay in his fifties before heading off to a monastery in his sixties can. "They say, 'Look at me, Leonard/Look at me one last time.' "
What makes Dear Heather tick are the ladies who look back: longtime co-composer/producer Sharon Robinson and producer-engineer Leanne Ungar, as well as occasional co-lead vocalist Anjani Thomas, who open up the arrangements from the often repetitive Casio-lounge feel of 2001's Ten New Songs. Sometimes their work evokes wood paneling and tip jars ("Go No More A-Roving," with words by another famous poet, Lord Byron); sometimes it's stark (the spoken-with-piano "Villanelle for Our Time"); sometimes subdued and trip-hoppy ("The Letters"). But given how monochromatic Cohen tends to be, the jumbled feel works in Dear Heather's favor.


MICHAELANGELO MATOS
(Posted Nov 11, 2004)



Notez aussi l'erreur dans la date de post  Wink
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
dr
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1


« Répondre #19 le: 10 Novembre 2004, 10:27:54 »

Abonnée à Télérama, surprise de ne rien lire sur le dernier LC dans le magazine, je suis consternée  par le ton et l'injustice de la critique que vous citez, parue sur leur site.
Pour moi, depuis que j'ai découvert Suzanne au casque en labo d'anglais à Nanterre en 1972, Cohen a été un bouleversement extraordinaire, une puissante émotion renouvellée à chaque écoute, et à chacun de ses trop rares albums ou concerts parisiens, avec la même intensité.
Dear Heather, comme chaque nouveau LC, m'a déroutée à la première écoute. Mais il est vrai que cette fois je suis restée perturbée plus longtemps, comme si la magie mettait plus de temps à opérer.
Mais elle a opéré pour plusieurs des titres de l'album. Et la voix sublime est toujours là, d'essence divine, qui vous transporte hors de vous-même.
Mon classement : Dear Heather (je le trouve très Cohen, hypnotique, lancinant)
Et ensuite The faith et There for you.
J'aime moins Morning Glory où je ne le reconnais pas. Nightingale est une jolie chanson, mais pour moi trop chansonnette pour lui, et ne lui ressemble pas). D'accord avec les personnes qui trouvent les voix féminines trop présentes parfois (notamment pour Undertow dont j'adore la mélodie très typée Cohen selon moi, dommage qu'on entende à peine Leonard).
Au diable Telerama, j'ignore superbement ce critique et tant pis pour lui s'il n'a pas les clefs du paradis, moi je les ai.
Look at me Leonard, and look at all who love you and admire you, and will always be there for you.
Dominique à Orléans
Journalisée

Dominique R. Orléans
maltese
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1


« Répondre #20 le: 11 Novembre 2004, 00:07:47 »

Une critique (très) positive sur Echoavenue :

http://www.echoavenue.net/comments.php?id=175_0_5_0_C

"On ne plaçait pas, dans le dernier album de Leonard Cohen, autant d'espoirs que suscita l'attente de Ten News Songs. (...) Double surprise, Dear Heather, sorti ce mois d'octobre, est au moins aussi bon que ses deux prédécesseurs, et peut-être - il est encore trop tôt pour le dire, car les chansons de Leonard Cohen, comme les films de Stanley Kubrick, ne dévoilent souvent toute l'étendue de leurs qualités comme de leurs défauts qu'après une longue cohabitation - est-il le meilleur disque de son auteur depuis les années 80."
Journalisée
FURUIKE
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 42


The solitude of strength


WWW
« Répondre #21 le: 06 Décembre 2004, 15:26:47 »

BRAVO ET MERCI

Abonnée à Télérama, surprise de ne rien lire sur le dernier LC dans le magazine, je suis consternée  par le ton et l'injustice de la critique que vous citez, parue sur leur site.
Pour moi, depuis que j'ai découvert Suzanne au casque en labo d'anglais à Nanterre en 1972, Cohen a été un bouleversement extraordinaire, une puissante émotion renouvellée à chaque écoute, et à chacun de ses trop rares albums ou concerts parisiens, avec la même intensité.
Dear Heather, comme chaque nouveau LC, m'a déroutée à la première écoute. Mais il est vrai que cette fois je suis restée perturbée plus longtemps, comme si la magie mettait plus de temps à opérer.
Mais elle a opéré pour plusieurs des titres de l'album. Et la voix sublime est toujours là, d'essence divine, qui vous transporte hors de vous-même.
Mon classement : Dear Heather (je le trouve très Cohen, hypnotique, lancinant)
Et ensuite The faith et There for you.
J'aime moins Morning Glory où je ne le reconnais pas. Nightingale est une jolie chanson, mais pour moi trop chansonnette pour lui, et ne lui ressemble pas). D'accord avec les personnes qui trouvent les voix féminines trop présentes parfois (notamment pour Undertow dont j'adore la mélodie très typée Cohen selon moi, dommage qu'on entende à peine Leonard).
Au diable Telerama, j'ignore superbement ce critique et tant pis pour lui s'il n'a pas les clefs du paradis, moi je les ai.
Look at me Leonard, and look at all who love you and admire you, and will always be there for you.
Dominique à Orléans
Journalisée

It's coming like the tidal flood beneath the lunar sway / Imperial, mysterious, in amorous array / Democracy is coming to the USA
Pages: 1 2 [Toutes]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

TinyPortal v1.0 beta 4 © Bloc
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2013, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !