Leonard Cohen Forum
20 Juillet 2018, 05:31:37 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
 
  Accueil   Forum   Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
*

Menu

Thèmes


Permanent?
Pages: 1 2 [3] 4 5 6   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Décès de Léonard Cohen  (Lu 27234 fois)
leonangel
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 39


« Répondre #30 le: 16 Novembre 2016, 00:04:42 »

On ne peut pas prendre trop au serieux la religiosité de Leonard Cohen. Toutes cettes images chrétiennes sont plus iconographiques que réelles. La sensibilité de Leonard Cohen s'est nourrie de cette imagerie religieuse (moitié juive, moitié chrétienne) parçe que elle est très puissante et expressive et, probablement, très proche à sa réalité spirituelle, mais je ne crois pas qu'il accepte Christ comme le Messie ou choses comme ça. La religiosité de Cohen est une religiosité poétisée. Je me rappelle d'une interview en Espagne en 1988 où il a critiqué très durement le christianisme au point de dire qu'il ne pouvait pas pardonner le christianisme par tous les dommages qu'il a fait à son peuple juif. Mais nous savons qu'il ne se sentait religieusement juif non plus. Un peu bouddhiste? Peut être, mais LC était un électron libre.
Journalisée
deodatus
Übersetzer
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 263


« Répondre #31 le: 16 Novembre 2016, 10:11:43 »

Les convictions religieuses profondes de Léonard restent son secret le plus intime. On ne peut cependant contester, me semble-t-il, qu'il n'a jamais renié sa foi juive, qu'il a vécu et est mort comme juif. Ce n'est pas par hasard qu'il a demandé expressément à être enterré selon le rite juif et à être inhumé à côté de ses parents, s'inscrivant ainsi dans la lignée de ses ancêtres, juifs érudits qui avaient dirigé la synagogue de Montréal dont la chorale et chantre ont participé à son dernier album. Retour aux sources...
Journalisée
Hinhan
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5


« Répondre #32 le: 16 Novembre 2016, 11:26:53 »

oui, moi aussi la pochette m'a paru très claire, et plus encore après avoir lu l'extrait de sa lettre à Marianne. Pas pour rien qu'elle est en noir et blanc  -  c'est beau après tant d'années, au crépuscule de sa vie, d'écrire ainsi à celle qui fût sa bien-aimée  -

Concernant la "bloody hill", il me semble que "bloody" est plutôt traduit par foutu / fichu colline, et je me suis dit qu'il n'a pas choisi ce mot par hasard, puisque blood suggère comme le dit Déodatus le sang versé sur Golgotha. Peut-être qu'il s'en fout de savoir "qui", et que le plus important est le "pourquoi" ?
Je trouve aussi que dans ses chansons il y a beaucoup d'allusion au Christ, après, quant à savoir s'il était juste sensible au message du Christ ou carrément juif messianique  ... ? Parfois nous ne savons pas nous même où nous en sommes et la poésie, l'art sont juste parfaits pour exprimer ce doute.

Leoangel, tu parles de religiosité et des critiques de léonard envers le christianisme. On peut critiquer la religion, le système, les dogmes, et quand même avoir la foi ... on peut être en désaccord avec ce que font et disent les hommes et rester en accord avec le Dieu, avec le divin, ...  et ce n'est pas contradictoire, je pense, avec le fait d'aller s'inspirer du bouddhisme concernant certains domaines comme la méditation / prière ou la compassion ? 

Me revient aussi souvent en tête ce "you want it darker, we kill the flamme" (la voix de Léonard résonne particulièrement quand il dit ces mots)  comme si cette lumière pouvait à la fois être la lumière du monde, que l'on éteint au travers de toutes ces atrocités que l'on fait, ou laisse faire, et notre lumière intérieure, le divin en nous, que nous tuons ... le résultat est le même
Journalisée
leonangel
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 39


« Répondre #33 le: 16 Novembre 2016, 18:45:50 »

Pour moi la religiosité de Leonard Cohen est résumé dans ces mots qu'il a dit dans une interview qu'il a donné il y a quelques années:
"Oui, je suis juif, et cela a beaucoup d’importance pour moi ; j’ai des amis catholiques, et j’ai grand plaisir à parler avec eux ; je fais des séjours au monastère de Mount Baldy. Mais tu vois, pour moi, tout cela ce sont des chemins. Ce qui importe, c’est le but. La seule chose qui m’intéresse, c’est Dieu"

LC a grandi dans une atmosphère de profond esprit religieux. La religiosité était une composante naturelle de sa personnalité et bien sûr qu'il se sentait juif, parçe que son essence, son sangue, sa chair et son education l'étaient. Mais c'est clair pour moi que sa religiosité n'était pas juive, chrétienne ou boudhiste, mais une recherche qui trascendait n'importe quelle religion, mais il utilisait  l'iconographie qu'il connaissait pour illustrer cette recherche.
« Dernière édition: 16 Novembre 2016, 18:58:38 par leonangel » Journalisée
Evelen
Global Moderator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 375


« Répondre #34 le: 16 Novembre 2016, 21:09:32 »

MERCI François pour tes mots, Blue-Berry pour ce beau dessin.
Deodatus, Leonangel, Inhan, votre opinion, votre vision personnelle donnent à réflêchir et sont éclairantes en même temps.
Mais à propos de cet oiseau qui traverse la fenêtre, et qui semble venir vers les ténèbres, contrairement à LC qui observe les ténèbres depuis la fenêtre entouré d'une lumière blanche.
Ç'est un colibri je crois, un oiseau que LC a dessiné à plusieurs reprises et pour qui il a encore avoué récemment avoir beaucoup de tendresse.

La symbolique de l'oiseau -mouche ou colibri, m'évoque LC par bien des points et surtout ce qu'il a apporté à celles et ceux qui l'écoutent, l'entendent et l'aiment :

   - "La laideur et la rudesse répugnent à Colibri, animal allié. Il s’enfuit devant la discorde et le manque d’harmonie. Il vous aide, à sentir où réside la beauté, à poursuivre votre idéal et à cheminer avec aisance dans un bel environnement. Il a des qualités magiques, il réussit à faire naître l’amour et ouvrir les cœurs. Sans un cœur ouvert et plein d’amour, nul ne peut savourer le nectar de la vie. Colibri goutte chaque essence et reflète chaque couleur.
En tant qu’animal allié, Colibri vous demande de relever les défis :
"Reconnaissez que votre peine, en pénétrant au fond de votre douleur personnelle, c’est l’envers de votre joie. Laissez tomber vos jugements et relaxez-vous.
Ne vous laissez jamais attraper, emprisonner et mettre en cage.
Préparez-vous à de curieux élans d’énergie qui feront chavirer tous vos sens et vous donneront le vertige. Vous avez pour mission de répandre la joie ! Réunissez les gens, créez des liens afin de faire ressortir ce qu’il y a de meilleur en chacun d’eux. Ressentez le renouveau magique qui transforme votre vie." -

La métaphore du colibri ou une manière d'appréhender sa vie :
http://pantherspirit.centerblog.net/m/599-la-metaphore-du-colibri-ou-chacun-sa-part

La chaîne Arte rendra hommage à LC vendredi 18 novembre à 23h15
Diffusion du film " Bird on the wire "
http://www.arte.tv/guide/fr/072182-000-A/leonard-cohen-bird-on-a-wire

http://www.leblogtvnews.com/2016/11/arte-rend-hommage-a-leonard-cohen-vendredi-a-23h15.html





Journalisée
Evelen
Global Moderator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 375


« Répondre #35 le: 16 Novembre 2016, 23:43:46 »

Robert Kory, le manager de LC vient de publier un communiqué précisant les circonstances du décès de LC. Pour couper court  à des rumeurs sans doute et autres interrogations ou assertions à ce propos :

Details of Leonard Cohen’s Death From Robert Kory, President of RK Management and Manager of Leonard Cohen

Posted on November 16, 2016 by DrHGuy  —
Robert Kory addresses fans’ questions about Leonard Cohen death:

Leonard Cohen died during his sleep following a fall in the middle of the night on November 7th. The death was sudden, unexpected, and peaceful. He is survived by his children Adam and Lorca, and his three grandchildren Cassius (Adam’s son), and Viva and Lyon (Lorca’s daughter and son).

Robert B. Kory

Léonard Cohen est mort dans son sommeil suite à une chute survenue au milieu de la nuit, le 7 Novembre. Sa mort fut soudaine, imprévue, et paisible. Il a laissé deux enfants, Adam et Lorca, et trois petits enfants, Cassius ( le fils d'Adam ), et Viva et Lyon ( la fille et le fils de Lorca ).

Que la Paix soit avec vous Mr Cohen ainsi que votre famille.
Journalisée
François
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 89


« Répondre #36 le: 17 Novembre 2016, 00:34:57 »


Bonsoir,

C’est bizarre, jamais je n'ai songé à de la religiosité de la part de LC, mais j'ai toujours été frappé et séduit par la spiritualité qui émanait de ses textes et de sa musique. Lorsqu'il évoque Dieu, j'ai toujours l'impression qu'il parle du mien, de celui de tout un chacun, d'un Grand Principe Universel..... Et quand j'en parle avec certain ou certaine, athé(e) entre autre, c'est étonnant comme ils sont également touchés. Je pense qu'il sait que chacun, chacune d'entre nous doit vivre avec sa part humaine, et redécouvrir sa part divine, et lui aussi cherchait le juste équilibre... Ne l'a-t-il, d'ailleurs, pas trouvé, cet équilibre ? Dans l'harmonie de sa musique, dans les mots qu'ils trouvaient, et dans son besoin de partager avec ses auditeurs ou lecteurs.
A +
François
Journalisée

"I told you when i came, i was a stranger"
Hinhan
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5


« Répondre #37 le: 17 Novembre 2016, 10:54:49 »

Merci à tous pour vos réactions.
Je trouve ce texte sur le colibri magnifique, à relire sans fin pour s'en imprégner.
Je suis loin d'en connaître autant que vous sur Léonard, et je lis vos commentaires avec attention. C'est à cause de cela que j'ai longtemps visité ce site sans oser intervenir ...
Je suppose que chacun reçoit les textes de Léonard avec son propre vécu, ses tripes, son coeur
J'aime beaucoup aussi ce que tu dis François sur cette recherche de l'équilibre entre notre part humaine et notre part divine ... mais dans la vie il nous arrive régulièrement de ces grands vents qui nous obligent à devoir chercher un nouvel équilibre.
Merci encore pour toutes ces infos que vous transmettez
Journalisée
leonangel
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 39


« Répondre #38 le: 20 Novembre 2016, 21:29:02 »

C'est symptomatique que le colibri apparaît sur la courverture de The Future en sortant d'un coeur et en se projetant vers le futur. En You Want It Darker, le colibri traverse la fenêtre vers l'obscurité? vers la lumière? Le colibri est un symbole de régénération et de résurrection dans quelques cultures americaines. C'est aussi un symbole de l'infini. Merci Mr Cohen par éclairer ma vie. Je suis sûr que je vous retrouverai dans l'infini.
Journalisée
Blue_Berry
Global Moderator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 454



WWW
« Répondre #39 le: 21 Novembre 2016, 15:03:23 »

Deux semaines déjà que Leonard nous a quitté... suivi de près par le dernier des Frères Jacques.
Journalisée

We're just two lost souls
swimming in a fish-bowl,
year after year,
Raving on the same old ground,
what have we found ?
The same old fears,
Wish you were here...
phil58
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 772



« Répondre #40 le: 22 Novembre 2016, 10:52:03 »

...et Leon Russell.
Quelle épidémie cette année !
Journalisée
stevbreizh
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 32


« Répondre #41 le: 23 Novembre 2016, 22:28:43 »

Je n'y arrive pas.
C'était il y a quelques semaines, quelques jours, c'était  hier et c'est aujourd'hui le manque, toujours.
C'est tous les jours cette disparition, ce vide, ce nœud dans la gorge, dans le cœur.

Je n'y arrive pas, j'y pense trop, trop de tristesse, trop de nostalgie.
Le souvenir de la joie de ce concert à Paris, de notre tendresse, de nos sourires.
Le souvenir de Marie Anne, de mes vingt ans, de mes amours perdues, de Suzanne.

Vide, oui comme on est vide quand on est veuf. C'est le même mot en espagnol et en latin.
Qui t'a donné ce droit d'entrer si loin en nous, dans nos recoins les plus secrets de nos amours, de nos haines.
Qui t'a donné ce droit de partir et de refermer la porte sans nous laisser la clé.

Je n'écris plus, je ne chante plus, je ne me sens comme dans le vent froid et la pluie, du matin au soir.
Tu n'aurais pas pu choisir pire mois pour tomber, pour souffrir, pour mourir enfin.
Novembre, ce mois où j'ai déjà su ce que c'était de lâcher une main froide pour la poser sur un drap.

Je n'y arrive pas à fermer les yeux, incliner la tête vers le ciel et sourire à ton regard dans le ciel.
C'est injuste je suis capable de sourires, de joies, d'amour pour les autres... alors pourquoi en moi tant de tristesse.
Un visage entrevu, rond et juvénile, une fossette, une silhouette élancée pleine de grâce... rien n'y fait.

Je t'en veux. D'avoir été aussi proche de mes émotions, aussi proche de mon âme.
Tu as fermé les yeux de Marianne quelques jours avant ton départ.
Qui me ferra danser jusqu'à la fin de l'amour ? Qui me consolera comme un enfant qui recherche l'amour.

Je n'y arrive pas. Je n'arrive pas à écrire un mot pour ce guitariste, pour ce violoniste, pour tout tes musiciens.
Oh! les Webb'sisters...Hattie, Charley comment penser à vous sans avoir la gorge qui se noue, le cœur qui s’arrête.
Oh! Greame Allwright, quelle injustice cet oubli pour tout les si fidèles serviteurs, si anciens, si aimants.

Je croyais ne pas y arriver et pourtant c'est ici que j'y arrive enfin, à écrire pour me libérer de tout ce noir.
Parce que vous êtes là, immobiles et bienveillants, avec les yeux encore pleins de larmes mais la main tendue.
Vous qui savez, vous qui me comprenez. Je vais mieux ce soir, avec trois mots sur un écran, pour aller de l'avant.

Merci.



« Dernière édition: 24 Novembre 2016, 00:10:55 par stevbreizh » Journalisée
stevbreizh
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 32


« Répondre #42 le: 23 Novembre 2016, 23:16:06 »

Deuxième message cathartique...
Je ne suis pas l'auteur de ce texte, et c'est une traduction.
Ce texte est un commentaire d'une vidéo sur youtube, https://youtu.be/JlD2Ya6uGcc
Wint Herr a parfaitement écrit une approche du "Mystère L.Cohen":
Parmi tant d'artistes, chanteurs et compositeurs, ce qui rend Leonard Cohen si unique? Ce n'est pas sa voix: il y a d'innombrables chanteurs plus capables que lui à cet égard.
 Ce n'est pas ses thèmes: presque tout le monde là-bas chante / écrit sur la douleur, la perte, la mort, l'amour, la déception ou Dieu;
 Ce n'est pas une tradition ou une habitude: il est loin d'être même très populaire - la plupart des gens dans ce monde ne savent même pas qui est l'homme.
 Je ne sais pas comment dire exactement ce qui rend Cohen unique - et peut-être que c'est son «secret», c'est ce qui le place un niveau au-dessus de tous les autres artistes / chanteurs / compositeurs là-bas, même si il peut ne pas avoir leur voix , Leur charme ou leur renommée.
Cet homme n'a pas besoin d'une voix puissante pour chanter, parce qu'il dit des mots qui viennent de son âme, et quand nous entendons ses paroles, nous sentons leur sincérité.
 Nous aurions pu dire ces mots nous-mêmes, seulement nous n'avons pas le talent et la capacité de créer l'art avec nos mots.
 Qui sait expliquer le fait que le plus grand chanteur du monde n'est pas techniquement chanteur? Ou le fait que le plus grand poète n'est pas, techniquement, un poète?
Lorsque vous vous surprenez à réfléchir à de telles choses, laissez un enregistrement de Cohen jouer à nouveau: vous oublierez rapidement vos doutes et laissez ses mots pénétrer votre cœur et votre âme (ce qui reste de votre cœur, ce qui reste de votre âme dans ce monde de Leonard Cohen) ,
 Tu oublies que tu écoutes un étranger que tu ne rencontreras jamais dans la vraie vie, c'est comme si tu écoutais les paroles d'un vieil ami, d'un père, d'un fils, d'une personne proche de toi,par moments, comme dans le cas de cette chanson, c'est comme une autre version / côté de vous vous-même qui chante.
Qui est le "vous" dans cette chanson "There for You"? Dieu? Probablement. Mais, intérieurement, j'ai une légère tendance à croire que ce «vous» est moi, est l'un de tous les fans de Leonard Cohen.
 Il était «là» pour moi, il était «là» pour nous, il était «là» juste pour partager son expérience avec moi, avec nous, juste pour nous faire avoir une idée de ce qu'est la vie, Désir, indifférence moyenne.
Il était «là» pour nous faire sentir ce que serait la vie si c'était quelque chose de plus qu'un thème dans une chanson de Leonard Cohen.
D'une certaine manière, je ne crois pas que n'importe quel autre chanteur / écrivain pourrait écrire des mots comme celui-ci.
Ou du moins ils ne pouvaient jamais les faire se sentir si sincères, si douloureusement réel, si incroyablement poignant.
Non, Leonard Cohen n'était pas là pour Dieu, il était là pour nous.
Journalisée
François
Sénior
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 89


« Répondre #43 le: 23 Novembre 2016, 23:55:54 »

Bonsoir,

Je réagis à tes mots, touchants de sincérité.

Nous sommes tous un peu, beaucoup, passionnément, dans ton cas... Mais, même si elle déchirante, la disparition n'est-elle pas inhérente à la vie ? En fait, à mon sens, ce n'est pas une blessure, c'est un épisode qui se termine, et qui en annonce un nouveau,... et maintenant, c'est à nous de l’écrire.... Ce que LC nous a apporté du temps de son vivant, il continue toujours à nous l'apporter, ou alors, d'écouter ses paroles n'a servi à rien! Ce petit coin de LC dans notre cœur, il n'est pas vide, parce que, de notre cœur, il n'est pas parti....Son ombre est dans mon ombre, justement parce qu'il disait des choses que je pensais être seul à entrevoir...

De toute façon, je crois que rien ne s'efface, et c'est peut-être mieux....j'ai plutôt l'impression que tout se dilue, se mélange dans une sorte de brouillard bienfaisant où se montrent en premier plan nos meilleurs moments....Et c'est certainement ça qui nous aide à nous surpasser et à passer au-delà... Et j'ai toujours dans un coin de ma tête quelques vers de Rainer Maria Rilke, qui me sont d'un grand secours dans les moments difficiles:

"Nos malheurs ne nous perdent pas,
Ce sont des aubes nouvelles
Où l'inconnu nous visite...."

Moi aussi, ses mélodies courent plus souvent dans ma tête, et je lis les textes en tentant d'en approcher le sens au plus prés, et je suis sûr d'avoir encore à faire de belles découvertes... Maintenant, c'est à nous qu'il appartient de faire perdurer son verbe, S'il nous a fait danser, à notre tour de faire danser, et n'est-ce pas là son plus beau cadeau....?

Merci Monsieur Cohen pour m'avoir confirmé que nous pouvions rassembler nos contradictions et en faire un mélange harmonieux, tout simplement en s'acceptant tel que nous sommes, en toute conscience, et en faisant le nécessaire pour corriger nos imperfections, en toute humilité...: "Je me suis battu contre mes défauts, mais je n'avais pas envie de gagner"....

François

Journalisée

"I told you when i came, i was a stranger"
phil58
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 772



« Répondre #44 le: 24 Novembre 2016, 22:40:42 »

Ah François, quel plaisir de te lire à nouveau sur ce forum !
Il a fallu qu'un s'en aille pour qu'un autre revienne.
Ces temps j'ai de la peine à écrire, mais je ne rate pas une ligne de vos écrits à vous tous.
A propos d'écrits, je ne peux que vous recommander le numéro spécial des Inrocks consacré
a notre homme : Leonard Cohen, poète éternel !
Quand j'ai acheté ce numéro, un homme a engagé la conversation. Un admirateur, lui aussi. Il
devait en savoir autant que moi, et parlait de Leonard avec ferveur et respect.
Il faisait froid, j''étais dans ma mélancolie,  et cette petite conversation m'a réchauffé le coeur.
C'était au kiosque de la place du tunnel à Lausanne. Je ne sais pas si ce "fan" de Leonard vient
sur ce forum, mais à tout hasard, si c'est le cas j'aimerais le remercier pour ces précieux
instants.
Journalisée
Pages: 1 2 [3] 4 5 6   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

TinyPortal v1.0 beta 4 © Bloc
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2013, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !