Leonard Cohen Forum
16 Décembre 2017, 10:13:20 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
 
  Accueil   Forum   Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
*

Menu

Thèmes


Permanent?
Pages: 1 [2]  Toutes   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: - DIAZ MUCHACHAS EN BABYLONE - Cohen transFGL (1)  (Lu 22680 fois)
Céline
Invité
« Répondre #15 le: 02 Février 2003, 17:26:16 »


Lgrandsec,

Tu m'obliges à courir du contemporain Nathan Tobie à l'antique Monsieur Moinscinqcentquarantecinq, Héraclite de son prénon.

Et aussi juste un peu plus de corde pour me pendre.

"Philosophe grec qui affirmait que le feu est la source primordiale de la matière et que l'Univers entier se trouve en continuel devenir. Il est né à Éphèse, ancienne cité grecque de l'Asie Mineure, située dans la Turquie actuelle. En raison de sa vie solitaire et de sa philosophie absconse et misanthropique, on le nomma parfois l'«Héraclite l'Obscur»."

Source :http://www.geocities.com/Athens/Agora/1768/portrait/p_hera.htm

Mais encore ;

"Son questionnement et ses observations empiriques sur le monde lui-même lui permettent de poser, au fondement de ce monde, l'opposition des contraires, le mouvement universel et le retour perpétuel des choses selon un cycle. Si tout s'oppose, l'amour et la haine, la guerre et la paix, le silence et la parole... les contraires, dans leur opposition même, sont toutefois embrassés par l'unité: sur l'échiquier, les blancs et les noirs jouent la même partie."

source :
http://www.cvm.qc.ca/encephi/CONTENU/PHILOSO/heracli.htm

"Pour qu'il brille elle devait être fagot" pourrait-on dire, en effet.

A+

c.
« Dernière édition: 02 Février 2003, 17:27:30 par Celine » Journalisée
Céline
Invité
« Répondre #16 le: 02 Février 2003, 17:29:18 »

Bizarre quand on écrit :

f - a - g - o - t

ce que ça fait Huh
« Dernière édition: 08 Février 2003, 16:37:11 par Celine » Journalisée
Céline
Invité
« Répondre #17 le: 04 Février 2003, 20:31:30 »


Voilà qui m'éclaire encore sur la force d'attraction hors du commun que "son job ordinaire" exerce sur moi. Shocked


"l'image , écrivait Pierre Reverdy,… ne peut naître d'une comparaison, mais du rapprochement de deux réalités plus ou moins éloignées. Plus les rapports des deux réalités rapprochées seront lointains et justes, plus l'image sera forte…plus elle aura de puissance émotive et de réalité poétique"(Cool. La comparaison renvoie les réalités dos à dos, le rapprochement tend vers l'unification."

Et voilà qui ferait plaisir à l'Obsur M. -545 : Cool

"Dans une conception plus large, Jung explique :"Que le poète sache ou qu'il n'ait pas conscience que son œuvre se crée en lui(...)en réalité une œuvre pousse littéralement dans son créateur ; il y a de l'œuvre au poète le même rapport que de l'enfant à la mère."

(Ces extraits, je les ai pris là :

http://www.inter-coproprietes.com/culture/Philosophie/Jung/esthmoralJung.htm)

A+

 Grin
c.
« Dernière édition: 04 Février 2003, 20:37:45 par Celine » Journalisée
Fleya
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7


I love YaBB 1G - SP1!


« Répondre #18 le: 06 Février 2003, 20:36:09 »


                Jung, la Kabbale, le ying et le yang, Sri Aurobindo...Ouf, le débat à propos de l'union des contraires est intense et élevé. Je ne peux que féliciter LGransec et Céline par la finesse de leurs observations.
                Quant au sujet du débat, j'ai toujours trouvé que l'explication offerte par Platon était, sinon exacte, au moins très poétique. Dans le dialogue "Symposia", "Le Banquet", il raconte qu'au début des temps les hommes étaient divisés en trois sexes. Le masculin, rattaché au soleil; le féminin, à la terre et l'androgyne, à la lune, qui participe des deux autres. Ces êtres avaient une figure presque circulaire et possédaient deux têtes, quatre bras et quatre jambes.
                    À la suite d'une révolte contre les dieux (car ils étaient orgueilleux et avaient tâché de s'emparer de l'Elysée), Zeus fut obligé de les punir et coupa chaque être en deux. Il chargea Apollon de les racommoder et de leur tourner la face de façon à être obligés d'avoir constamment sous les yeux les cicatrices de la division. Mais les hommes ne pouvaient pas surmonter la peine de se voir séparés, et chacun courait rejoindre sa moitié. Ils désiraient tellement se réunir à nouveau qu'ils s'embrassaient nuit et jour et mouraient peu à peu de faim.
                    Donc Zeus eut pitié et leur accorda la permission de pouvoir s'unir sexuellement, ce qu'il fit en déplaçant leurs sexes, qui se situaient sur le dos, à la position où ils se trouvent à présent. Et c'est ainsi que les "moitiés" qui venaient d'un être androgyne sont portées à s'unir tant avec des hommes comme avec des femmes. Les "moitiés" en provenance d'un être féminin ne s'intéressent qu'aux femmes, et les "moitiés" d'homme dédaignent les femmes et ne s'unissent qu'avec d'autres hommes.
                    C'est un petit conte tout beau. Il nous montre la façon la plus agréable de "réunir les contraires", et explique que ce désir ardent d'union avec l'être aimé ne serait qu'un sentiment de nostalgie (un "souvenir", concepte très platonique) du temps où nous étions un avec notre autre moitié. Bien plus agréable que de se faire rôtir dans un atanor pour accomplir la Grande Oeuvre  Grin

                       
Journalisée
Céline
Invité
« Répondre #19 le: 07 Février 2003, 00:26:09 »

Fleya,

Et après ça on ose parler d'amour platonique  Embarrassed

A+

c.


P.S. : Fleya, il y en a un qui s'en souvient  Huh:

http://www.keith-barnes.com/poemes/lapeaudure/tts03fr_dieurend.htm

« Dernière édition: 09 Février 2003, 17:16:08 par Celine » Journalisée
Céline
Invité
« Répondre #20 le: 10 Février 2003, 06:39:57 »

Finalement, moi j'aime tout dans réunir les contraires, du désir ardent de l'être aimé à me faire rôtir en bonne compagnie dans l'anator (ou ailleurs) pour accomplir la Grande Oeuvre, encore et encore.  Mais.  Sûr.  Chacun ses goûts, et ça, ça ne se discute pas. Grin

Ceci dit, et pour ceux que ça intéresse aussi, voici ce qu'il dit qui m'inspire dans cette discussion sur les contraires, là, ici, maintenant.  A+  Cheesy c.


Chaque caillou rêve de lui-même, Chaque feuille a un projet.
Le soleil a le désir
de voyager sur un rayon.
Vaincu je ne peux offrir
mon coeur à la paix sainte
parce que je rêve de chaînes
et je rêve de liberté.
J'ai dit cela au prisonnier
qui a tué celui que je hais.
J'ai dit cela au mineur qui
a extrait mon assiette d'or.
Ainsi je vis en enfer
car je rêve que l'enfer est
la distance que j'ose mettre
entre ma main et la sienne.

J'ai rêvé de mon corps cette nuit,
J'ai rêvé de l'univers,
J'ai rêvé un millier d'années
afin de répéter
les sept jours des merveilles
quand, tiré de la brume
j'étais vêtu de nudité
et souffrais d'exister.

J'ai rêvé qu'on me donnait une chanson
comme seule preuve
que ma vraie demeure avec toi
n'a ni poutres ni chevrons,
ni fenêtres pour voir au-dehors,
ni miroirs pour voir au-dedans,
ni chansons pour en sortir,
ni mort pour commencer.

O mon enfant voici ton rêve humain,
voici ton sommeil humain
et ne désire pas tant grimper
loin de ce qui est sain et profond.
J'aime le rêve que tu as commencé
sous l'arbre toujours vert.
J'aime le caillou et le soleil
et tout ce qui se trouve entre eux.

Et pour cette conversation
dans la première lumière de l'aube,
J'offre ces jours mesquins
qui s'effilochent sous tes yeux.
Et je ne sais combien de jours
passeront avant ma délivrance
et ce qui restera de cette chanson
que tu as mise sur la langue de ta créature.


Leonard Cohen

 
« Dernière édition: 10 Février 2003, 06:41:22 par Celine » Journalisée
lgransec
Invité
« Répondre #21 le: 10 Février 2003, 10:22:25 »

Merci Fleya / Platon.
Citation
Platon (...) raconte qu'au début des temps les hommes étaient divisés en trois sexes. Le masculin, rattaché au soleil; le féminin, à la terre et l'androgyne, à la lune, qui participe des deux autres.(...)  À la suite d'une révolte contre les dieux (car ils étaient orgueilleux et avaient tâché de s'emparer de l'Elysée), Zeus fut obligé de les punir et coupa chaque être en deux.

Et voilà donc comment nous avons perdu la lune, et l'enfant en nous qui jouait avec elle.

(crédits et remerciements: Lucien)
Journalisée
lgransec
Invité
« Répondre #22 le: 03 Juillet 2004, 23:27:33 »

tiens, lundi soir sur arte il y a une émission sur pablo neruda dans laquelle on parlera de FGL. muses...
Journalisée
bachir
Invité
« Répondre #23 le: 04 Juillet 2004, 15:56:51 »

Bonjour Lgransec!
L'émission c'est à quelle heure?Merci d'avance pour l'info.
Amitié
Bachir
Journalisée
Patrice
Administrator
Spécialiste
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 781


If it be your will...


WWW
« Répondre #24 le: 04 Juillet 2004, 23:21:31 »

Bonjour Bachir,

 > Lundi 05 juillet 2004
Hommage à Pablo Neruda
Film : "Le facteur" à 20h45
Portrait du poète à 22h30


 > Mardi 06 juillet 2004
Hommage à Pablo Neruda
Film : "Ardente patience" à 22h45


Source : ARTE
http://www.arte-tv.com/fr/70.html

Amicalement,
Patrice.


« Dernière édition: 05 Juillet 2004, 00:31:36 par Patrice » Journalisée

Il est vrai que le clown est triste quand le rideau tombe enfin (Reinhard Mey)
Pages: 1 [2]  Toutes   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

TinyPortal v1.0 beta 4 © Bloc
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2013, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !