Leonard Cohen Forum
14 Décembre 2017, 03:35:48 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
 
  Accueil   Forum   Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
*

Menu

Thèmes


Permanent?
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: One of us cannot be wrong  (Lu 6581 fois)
cimsam
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 9



« le: 13 Février 2006, 18:20:10 »

Qui serait en mesure de m'indiquer la relation entre les quatre historiettes contenues dans les quatre couplets de la chanson ? A part la personne désignée par la seconde personne du singulier, je ne vois pas ...
Journalisée
Strawberry
Spécialiste
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 331



WWW
« Répondre #1 le: 13 Février 2006, 18:45:56 »

Faut-il chercher un lien entre les quatre couplets de cette sublime chanson ? C'est une question que je ne me suis jamais posée... Ce que l'on sait, que l'on sens, c'est en tout cas que ces quatre couplets sont chacun une manifestation de l'amour, un témoignage de la sensation physique qui est celle d'aimer une femme. Ils sont aussi la marque de la douleur amoureuse, avec la mise en relief de l'attitude blessante de l'être aimé.
Je ne m'aventurerai pas plus loin dans l'analyse, je suis bien mauvais à ce jeu, surtout sur un texte en anglais.
Journalisée

"... Things are going slide
Slide in all directions
Won't be nothing
You can measure any more..."
leonangel
Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 39


« Répondre #2 le: 14 Février 2006, 23:56:05 »

Je suis d'accord avec Strawberry. La seule connexion que je trouve entre les quatre strophes sont les effets de l'amour. Mais l'amour est universel et surpasse tout. Tout le monde peut être une "victime" de l'amour: un esquimau, un docteur... De toute façon, la chanson est un peu surréaliste.
Journalisée
cimsam
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 9



« Répondre #3 le: 17 Février 2006, 18:25:35 »

Merci pour ces réponses. En me recommandant de ne pas chercher de sens caché qui relierait les strophes (comme dans Lady Midnight par exemple) dans cette chanson, vous m'avez finalement permis de l'écouter différemment. Un esquimau, un saint... peuvent aimer une même femme, c'est vrai, et je suis assez d'accord avec l'adjectif surréaliste, qu'on peut parfois associer à ce cher Leonard Cohen. Mais où est dans la chanson l'allusion à l'attitude blessante de l'être aimé ? Plutôt à la douleur qu'on a d'aimer parfois, non ?

Pour répondre particulièrement à Strawberry (Fraise), je préciserais que, sans être vraiment doué, je m'y entends un peu en anglais et c'est un peu ce qui fait que j'apprécie énormément LC dont les merveilleux vers sont parfois intraduisibles en français, et dont la voix __?__ rend inimitables de toute façon.
Journalisée
Suzanne_A
Newbie
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3


« Répondre #4 le: 09 Décembre 2008, 13:28:08 »

Je trouve le sens de ces quatre strophes très clair, c'est une parabole qui décrit les effets destructeurs de la femme à laquelle il s'adresse : en gros elle attire les insectes (même si des mouches seraient plus "parlantes", vu qu'elles sont attirées par la viande en décomposition) elle est pire que la maladie, elle même un saint ne peut lui survivre, elle est plus froide que le pole... Chanson d'amour, ou chanson de rupture ? Est-ce qu'il constate que malgré tout il aime cette femme, ou est-ce qu'il explique pourquoi il rompt ? Et pourquoi ce titre "L'un de nous ne peut se tromper" ?
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

TinyPortal v1.0 beta 4 © Bloc
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2013, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !