Protégez-moi

Protégez-moi, médailles religieuses de toute espèce, celle qui sont
suspendues à des chaînes, celles qui sont attachées à des sous-vêtements
par des épingles de nourrice, celles qui sont enfouies dans des poitrines
poilues, celles qui glissent comme des tramways sur les rides qui séparent
les seins des vieilles femmes heureuses, celles qui, par erreur,
s'enfoncent dans la peau pendant qu'on fait l'amour, celles qui sont
abandonnées avec des boutons de manchette, celles qu'on manipule
comme des pièces de monnaie et qu'on examine pour y retrouver le poinçon
de l'orfèvre, celles qui se perdent dans les vêtements des filles
de quinze ans qu'on pelote, celles qu'on se met dans la bouche
en réfléchissant, celles qui coûtent cher et que seules les fillettes
maigres ont le droit de porter, celles qu'on accroche dans un placard
avec des cravates dénouées, celles qu'on embrasse parce qu'elles
portent bonheur, celles qu'on arrache d'autour du cou quand on est
en colère, celles qui sont estampillées, celles qu'on pose sur des rails
de tramway pour obtenir d'étranges métamorphoses, celles qu'on attache
au feutre du plafond des taxis, médailles, protégez-moi tandis que
j'assiste à la Passion de Catherine Tekakwitha.

Home    Home