MEILLEUR (Better)

Plus forte que l'obscurité :
l'obscurité fausse,
celle qui te ment
celle qui te fait caresser
la jeune fille de ton voisin

Plus puissantes que les banques :
les banques illusoires,
et tu y déposes
de l'argent corrompu
en sacrifice légitime

Meilleur que le café
ce café bleui,
celui que tu bois
pour ton dernier bain
et encore, lorsque tu attends
l'anéantissement
- dans tes chaussures

Plus haute que toute poésie,
ma poésie
qui effleure
chaque chose
et si belle, et si noble
et n'est rien de cela, pourtant

Mieux que le hasard
l'accident secret
ce moment dans ma voiture
et l'obscurité du parking
avec une nouvelle amie

Plus dense que l'art
l'art sordide
celui que Hashem ne commettra pas
mais dans le fracas qui s'ensuit
j'entre discrètement au théâtre, à Broadway
et je m'assied sans être vu
quelque part, vers Hadassah

Plus juste que la dignité
la dignité absurde
et ainsi je me tiens debout,
sur le toit du garage
le mieux : laisser tomber
tous les œufs
dans un seul panier

Plus riche que la mémoire,
notre mémoire trompeuse
elle est le suc
du patriotisme
de l'intérêt national
la chute des époux
dans le Grand spectacle triste

Plus forte que l'obscurité :
l'obscurité fausse
et souillée, et si vaste
et profonde
enfin si froide
pénétrée de grottes
de corridors aveugles
où apparaissent
nos parents morts, qui nous font signe
et l'apparat des religions étrangères

Meilleur que l'amour
l'errance
de ce japonais, subtil et calme,
jusqu'à l'insondable érotisme
d'un homme minuscule
avec son sexe immense
plus clair que la pensée,
mollement étendu
sur un cil de vapeur
vivant, menaçant
après la cuisine
le jardinage
le temps de faire grandir les enfants

Mieux que ma mère,
la vôtre
alors que la mienne est morte
définitivement morte

Meilleur que moi,
tu l'es : plus aimable
plus doux, gracieux et léger
ô toi, toi
plus beau
plus fort
et plus solitaire
je veux te découvrir meilleur
et encore meilleur, à chaque instant

Leonard Cohen, Mt Baldy, 1998.

Traduction et adaptation par Patrice Clos et Isabelle Nouvel.

Adaptation française publiée avec
la permission de Leonard Cohen.
 
Ce poème inédit sera sur le prochain livre de Leonard Cohen :
"Book of Blue Coffee".
 
Le texte original est sur le site de Jarkko Arjatsalo, cliquez ici.

© Leonard Cohen, Mt Baldy, 1998.
Translation : © Patrice Clos & Isabelle Nouvel, France, 1998.
All rights reserved.

Home    Home