Le retour

Mais je ne suis pas perdu
pas plus que des feuilles
ou des vases enfouis
Ce n'est pas mon heure
je n'aurais à t'offrir que mes cogitations

Je sais que pour toi je ne suis qu'un traître
parce que j'ai gaspillé mon sang
dans un amour vain
et tu as raison
Un sang comme celui-là
n'a jamais conquis un pouce d'étoile

Tu sais comment m'appeler
bien qu'un tel bruit maintenant
ne serait que du vent
Aucun de nous ne peut oublier
les pas que nous avons dansés
les mots que tu as forcés
pour me tirer de la poussière

Oui je te désire
pas seulement comme une feuille le vent
ou un vase des mains
mais d'un étroit désir humain
qui pousse un homme à refuser
tout autre champ que le sien

Je t'attends à un
endroit inattendu de ton voyage
comme la clef rouillée
ou la plume que tu ne ramasses pas
avant ton retour
quand il est évident
que la lointaine et douloureuse destination
n'a rien changé dans ta vie

Home    Home