L'invisible tourment

Trop fiévreux pour affirmer :
"Mon univers est terreur",
il cache son poignet
et le matricule de la guerre.

Son bras n'est pas brûlé,
sa chair est entière :
le matricule il le connaît
d'après une bobine de film.

Il cache son poignet
sous la table.
Les ivrognes n'ont pas remarqué
son invisible tourment.

Une musique s'est élevée.
Il a la peau blême !
Sa tasse, il ne peut la lever
il ne peut pas ! Il ne peut pas !

Le choeur s'est renforcé.
Ainsi que son silence.
Il n'y a rien, il le sait
rien à remarquer.

Home    Home