Copyright © 1971 Leonard Cohen
and Sony/ATV Music Publishing Canada Company


Famous Blue Raincoat

It's four in the morning, the end of december
I'm writing you now just to see if you're better
New York is cold but I like where I'm living
There's music on Clinton Street all thru the evening.
I hear that you're building your little house deep in the desert
You're living for nothing now I hope you're keeping some kind of a record

Yes and Jane came by with a lock of your hair
She said that you gave it to her
That night that you planned to go clear
Did you ever go clear?

The last time we saw you, you looked so much older
Your famous blue raincoat was torn at the shoulder
You'd been to the station to meet every train
You came home alone without Lili Marlene.
And you treated my woman to flake of your life
And when she came back she was nobody's wife

Well, I see you there with a rose in your teeth
One more thin gypsy thief
Well, I see Jane's awake
She sends her regards.

And what can I tell you my brother, my killer
What can I possiby say
I guess that I miss you, I guess I forgive you
I'm glad you stood in my way.
If you ever come by here for Jane or for me
Well, your enemie is sleeping and your woman is free

Yes, and thanks for the trouble you took from her eyes
I thought it was there for good so I never tried.

And Jane came by with a lock of you hair
She said that you gave it to her
That night that you planned to go clear
Sincerely, L. Cohen.


Traduction française.
Version collective élaborée sur le forum du Cahier Interdit.

Ton célèbre imperméable bleu

Il est quatre heures du matin, fin de décembre. Je t'écris juste pour savoir si tu te sens mieux. New york est glacial mais j'aime l'endroit où je vis. Il y a de la musique sur Clinton Street, tout au long de la soirée. On m'a dit que tu construisais ton refuge au fond du désert. Tu vis pour rien maintenant... j'espère quand même que tu prends quelques notes. Oui, et Jane est revenue avec une boucle de tes cheveux. Elle m'a dit que tu lui as donné, cette nuit où tu as décidé de t'effacer. T'es-tu jamais effacé?

La dernière fois que nous t'avons vu, tu semblais tellement plus vieux. Ton célèbre imperméable bleu était déchiré à l'épaule. Tu étais allé à la gare, pour attendre chaque train, mais tu es rentré seul, sans Lili Marlène. Et tu as donné à ma femme un éclat de ta vie. Mais quand elle est revenue, elle n'était plus la femme de personne. Je te revois, une rose entre les dents... encore un gitan, maigre et voleur. Et voici Jane qui s'éveille, elle t'envoie ses pensées.

Et que puis-je te dire, mon frère, mon meurtrier ? Que puis-je vraiment dire? Je crois bien que tu me manques, je crois bien que je te pardonne, je suis content que tu te sois dressé sur mon chemin. Si jamais tu reviens par ici, pour Jane ou pour moi : voilà, ton ennemi dort, et sa femme est libre. Oui, et merci pour la peine que tu pris dans ses yeux. Je croyais qu'elle y était pour toujours, alors je n'ai jamais essayé.

Et Jane est revenue avec une boucle de tes cheveux. Elle a dit que tu lui as donné
cette nuit, où tu as décidé de t'effacer.

Sincèrement, L. Cohen


Traduction de Marion Desquilbet :

Le fameux imperméable bleu

Il est quatre heures du matin, fin décembre.
Je t'écris simplement pour voir si tu vas mieux.
Il fait froid à New York mais j'aime l'endroit où je vis.
Il y a de la musique toute la soirée  dans Clinton Street.
On m'a dit que tu te construisais ta petite maison dans le désert.
Tu vis pour rien maintenant. J'espère que tu gardes une sorte de souvenir.
Oui, et Jane est revenue avec une boucle de tes cheveux.
Elle a dit que tu la lui avais donnée
la nuit où tu as décidé de disparaître.
As-tu jamais disparu ?
 
La dernière fois que nous t'avons vu tu semblais tellement plus âgé.
Ton fameux imperméable bleu était déchiré à l'épaule.
Tu étais allé à une gare attendre tous les trains
mais tu étais revenu sans Lili Marlène.
Et tu as offert à ma femme un éclat de ta vie.
Et quand elle est revenue, elle n'était la femme de personne.

Je te vois là-bas avec une rose entre les dents,
un voleur gitan maigre de plus.
Tiens, je vois que Jane est réveillée.
Elle te transmet son bon souvenir.
 
Qu'est-ce que je peux te dire, mon frère, mon assassin ?
Vraiment, qu'est-ce que je peux te dire ?
Je crois que tu me manques. Je crois que je te pardonne.
Je suis heureux que tu te sois mis en travers de mon chemin.
Si jamais tu viens par ici pour Jane ou pour moi,
eh bien, ton ennemi est endormi, et sa femme est libre.
Oui, et merci pour la peine que tu as enlevée de ses yeux.
Je pensais qu'elle y était pour de bon alors je n'avais jamais essayé.
 
Et Jane est revenue avec une boucle de tes cheveux.
Elle a dit que tu la lui avais donnée
la nuit où tu as décidé de disparaître.
Sincèrement, L. Cohen

Traduction de Jean Guiloineau :

Le célèbre imperméable bleu

Quatre heures du matin, fin décembre. Je t'écris simplement
pour voir si tu vas mieux. Il fait froid à New York mais j'aime
l'endroit où je vis. Il y a de la musique dans Clinton Street
seulement le soir. On m'a dit que tu te construisais ta petite
maison dans le désert. Tu vis pour rien maintenant. J'espère que
tu tiens une sorte de journal. Oui, et Jane est venue avec
une boucle de tes cheveux. Elle a dit que tu la lui avais donnée
la nuit où tu as décidé de t'en aller. As-tu réussi à t'en aller ?

La dernière fois que nous t'avons vu tu semblais bien plus âgé.
Ton célèbre imperméable bleu était déchiré à l'épaule. Tu étais
allé à la gare attendre tous les trains mais tu étais revenu
sans Lili Marlène. Et tu as invité ma femme à une paillette de ta vie.
Quand elle est revenue, elle n'était plus la femme de personne.
Je te vois là-bas avec une rose entre les dents, un petit voleur gitan.
Jane est réveillée. Elle t'envoie ses amitiés.

Et que te dire, mon frère, mon assassin ? Que puis-je dire ?
Je crois que tu me manques. Je crois que je te pardonne. Je suis heureux
d'avoir croisé ton chemin. Si jamais tu viens ici pour voir Jane
ou pour me voir, je veux que tu saches que ton ennemi est endormi.
Je veux que tu saches que sa femme est libre. Oui, et merci encore
pour l'inquiétude que tu as prise dans ses yeux. Je savais qu'elle
y était et je n'ai jamais essayé.

Et Jane est venue avec une boucle de tes cheveux. Elle a dit
que tu la lui avais donnée la nuit où tu as décidé de t'en aller.

Sincèrement, L. Cohen


Traduction de Patrice Clos :

Le fameux imperméable bleu

Il est quatre heures du matin, fin décembre
Je t'écris maintenant juste pour savoir si tu vas mieux
New York est froid mais j'aime l'endroit où je vis
Il y a de la musique à Clinton Street durant la soirée
J'ai entendu dire que tu as construit ta petite maison au fond du désert
Tu vis pour rien maintenant, j'espère que tu conserves une sorte de souvenir

Oui, et Jane est passé avec une mèche de tes cheveux
Elle a dit que tu lui avais donnée
Cette nuit où tu avais prévu de disparaître
As-tu seulement disparu ?

La dernière fois que nous t'avons vu tu semblais tellement plus vieux
Ton fameux imperméable bleu était déchiré à l'épaule
Tu es allé à la gare pour voir chaque train
Tu étais rentré à la maison seul sans Lili Marlène.
Et tu as considéré ma femme comme un épisode de ta vie
Et quand elle est revenue, elle n'était plus la femme de personne

Eh bien, je te vois, il y a une rose entre tes dents,
Un voleur gitan maigre de plus
Bien, je vois que Jane est réveillée
Elle t'envoie ses amitiés.

Et que puis-je te dire, mon frère, mon assassin
Que puis-je vraiment te dire ?
Je crois que tu me manques, je crois que je te pardonne
Je suis heureux que tu te sois trouvé sur ma route.
Si jamais tu viens ici pour Jane ou pour moi
Eh bien, ton ennemi dort, et sa femme est libre
Oui, et merci pour la peine que tu as prise dans ses yeux
Je pensais qu'elle y était pour toujours alors je n'avais jamais tenté.

Et Jane est passé avec une mèche de tes cheveux
Elle a dit que tu la lui avais donnée
Cette nuit où tu avais prévu de disparaître.
Sincèrement, L. Cohen