Copyright © 1974 Leonard Cohen
and Sony/ATV Music Publishing Canada Company


Field Commander Cohen


Field Commander Cohen, he was our most important spy.
Wounded in the line of duty,
parachuting acid into diplomatic cocktail parties,
urging Fidel Castro to abandon fields and castles.
Leave it all and like a man,
come back to nothing special,
such as waiting rooms and ticket lines,
silver bullet suicides,
and messianic ocean tides,
and racial roller-coaster rides
and other forms of boredom advertised as poetry.

I know you need your sleep now,
I know your life's been hard.
But many men are falling,
where you promised to stand guard.

I never asked but I heard you cast your lot along with the poor.
But then I overheard your prayer,
that you be this and nothing more
than just some grateful faithful woman's favourite singing millionaire,
the patron Saint of envy and the grocer of despair,
working for the Yankee Dollar.

I know you need your sleep now ...

Ah, lover come and lie with me, if my lover is who you are,
and be your sweetest self awhile until I ask for more, my child.
Then let the other selves be wrong, yeah, let them manifest and come
till every taste is on the tongue,
till love is pierced and love is hung,
and every kind of freedom done, then oh,
oh my love, oh my love, oh my love,
oh my love, oh my love, oh my love.


Traduction de Jean Guiloineau :

 

Commandant Cohen

Le commandant Cohen, c'était notre principal espion, blessé en service,
parachutant du LSD dans les soirées diplomatiques, poussant Fidel Castro
à quitter champs et châteaux, abandonne tout, et, comme un homme,
en revient à rien de spécial, tel que les salles d'attente,
les queues devant les guichets, les suicides avec balle en argent,
les marées des océans messianiques, les balades sur les montagnes russes
et autres formes d'ennui annoncées comme de la poésie.Je sais que
tu as besoin de dormir maintenant, je sais que tu en as vécu de dures,
mais beaucoup d'hommes tombent là où tu as promis de monter la garde.

Je n'ai jamais posé la question mais j'ai entendu dire que tu prenais
le parti des pauvres. Comment se fait-il que j'aie surpris ta prière
dans laquelle tu demandais de n'être que ceci et rien d'autre,
le chanteur millionnaire préféré d'une femme reconnaissante et fidèle,
le saint patron de l'envie et l'épicier du désespoir, travaillant
pour le dollar yankee ? Je sais que tu as besoin de dormir maintenant,
je sais que tu en as vécu de dures, mais beaucoup d'hommes tombent là
où tu as promis de monter la garde.

Mon amante, viens te coucher avec moi, si mon amante est qui tu es.
Et sois la plus douce pendant quelques temps, jusqu'à ce que je t'en
demande plus, mon enfant. Puis laisse carillonner tes autres moi,
oui, laisse-les se manifester et venir jusqu'à c'que chaque goût
soit sur la langue, jusqu'à c'que l'amour soit transpercé et pendu,
et que chaque forme de liberté soit terminée, puis oh, mon amour,
oh, mon amour, oh, mon amour, oh, mon amour.