Copyright © 1971 Leonard Cohen
and Sony/ATV Music Publishing Canada Company


Love Calls You By Your Name


You thought that it could never happen
to all the people that you became,
your body lost in legend, the beast so very tame.
But here, right here,
between the birthmark and the stain,
between the ocean and your open vein,
between the snowman and the rain,
once again, once again,
love calls you by your name.

The women in your scrapbook
whom you still praise and blame,
you say they chained you to your fingernails
and you climb the halls of fame.
Oh but here, right here,
between the peanuts and the cage,
between the darkness and the stage,
between the hour and the age,
once again, once again,
love calls you by your name.

Shouldering your loneliness
like a gun that you will not learn to aim,
you stumble into this movie house,
then you climb, you climb into the frame.
Yes, and here, right here
between the moonlight and the lane,
between the tunnel and the train,
between the victim and his stain,
once again, once again,
love calls you by your name.

I leave the lady meditating
on the very love which I, I do not wish to claim,
I journey down the hundred steps,
but the street is still the very same.
And here, right here,
between the dancer and his cane,
between the sailboat and the drain,
between the newsreel and your tiny pain,
once again, once again,
love calls you by your name.

Where are you, Judy, where are you, Anne?
Where are the paths your heroes came?
Wondering out loud as the bandage pulls away,
was I, was I only limping, was I really lame?
Oh here, come over here,
between the windmill and the grain,
between the sundial and the chain,
between the traitor and her pain,
once again, once again,
love calls you by your name.


Traduction d'Albert Labbouz :

L'AMOUR T'APPELLE PAR TON NOM.

Tu pensais que ça ne pourrait jamais arriver
à tous les gens à qui tu convenais,
ton corps perdu dans la légende, la bête si apprivoisée
Mais ici, juste ici,
Entre la tache de naissance et la marque,
Entre l'océan et la veine ouverte,
Entre le bonhomme de neige et la pluie,
Encore une fois, encore une fois,
L'amour t'appelle par ton nom.

Les femmes dans ton album
Que tu loues et blames encore
Tu dis qu'elles t'ont enchaîné à tes ongles
Et tu escalades les Olympias.
Mais ici, juste ici,
Entre la cacahouète et la cage,
Entre l'obscurité et la scène,
Entre l'heure et l'âge,
Encore une fois, encore une fois,
L'amour t'appelle par ton nom.

En épaulant ta solitude
Comme un fusil avec lequel tu ne sauras pas viser
Tu chancelles dans ce cinéma
Alors tu montes, tu montes dans le cadre.
Mais ici, juste ici,
Entre le clair de lune et la ruelle,
Entre le tunnel et le train,
Entre la victime et sa plaie,
Encore une fois, encore une fois,
L'amour t'appelle par ton nom.

Je laisse la dame méditer
Le vrai amour qui m'est du, je ne souhaite pas le remboursement,
Je voyage en bas, faisant les cent pas,
Mais la rue est toujours la même
Mais ici, juste ici,
Entre la danseuse et sa canne,
Entre le bateau à voiles et la canalisation ,
Entre les actualités et ton infime douleur,
Encore une fois, encore une fois,
L'amour t'appelle par ton nom.

Où es-tu, Judy, où es-tu, Anne?
Où sont les sentiers empruntés par vos héros ?
Je me demande à voix haute comment les bandages se défont
Étais-je, étais-je seulement entrain de boiter, étais-je vraiment estropié ?
Ici, viens ici,
Entre le moulin à vent et le grain,
Entre le cadran solaire et la chaîne,
Entre le traître et sa douleur,
Encore une fois, encore une fois,
L'amour t'appelle par ton nom.

(c) Albert Labbouz, Désespoir Prod, 2000.


Traduction de Mark Bunbury :

L'amour t'appelle par ton nom.

Tu pensais que ça ne pourrait jamais arriver
à tous les gens à qui tu conviens
Ton corps perdu dans la légende, la bête si apprivoisée
Mais ici, juste ici,
Entre l'angiome et la tache,
Entre l'océan et la veine ouverte,
Entre le bonhomme de neige et la pluie,
Encore une fois, encore une fois,
L'amour t'appelle par ton nom.

Les femmes dans ton album
Qui tu loues et reproches encore
Tu dis qu'elles t'ont enchaîné à tes ongles
Et tu escalades les salles de gloire.
Mais ici, juste ici,
Entre la cacahouète et la cage,
Entre l'obscurité et la scène,
Entre l'heure et l'âge,
Encore une fois, encore une fois,
L'amour t'appelle par ton nom.

Mettant ta solitude sur tes épaules
Comme un pistolet avec lequel tu apprendras pas à viser
Tu trébuches dans ce cinéma
Alors tu montes, tu montes dans le cadre.
Mais ici, juste ici,
Entre le clair de lune et la ruelle,
Entre le tunnel et le train,
Entre la victime et sa tache,
Encore une fois, encore une fois,
L'amour t'appelle par ton nom.

Je laisse la dame méditer
L'amour fort que je ne souhaite pas réclamer,
Je voyage en bas, faisant les cent pas,
Mais la rue est toujours la même
Mais ici, juste ici,
Entre la danseuse et sa canne,
Entre le bateau à voiles et l'égout ,
Entre les actualités et ta douleur,
Encore une fois, encore une fois,
L'amour t'appelle par ton nom.

Où es-tu, Judy, où es-tu, Anne?
Où sont les chemins que tes héros ont pris ?
Je me demande tout haut comme la bande tire loin
Étais-je, étais-je boitant seul, étais-je vraiment boiteux?
Ici, viens ici,
Entre le moulin à vent et le grain,
Entre le cadran solaire et la chaîne,
Entre le traître et sa douleur,
Encore une fois, encore une fois,
L'amour t'appelle par ton nom.