Copyright © 1985 Leonard Cohen
and Sony/ATV Music Publishing Canada Company


The Night Comes On


I went down to the place
Where I knew she lay waiting
Under the marble and the snow
I said, Mother I'm frightened
The thunder and the lightning
I'll never come through this alone
She said, I'll be with you
My shawl wrapped around you
My hand on your head when you go
And the night came on
It was very calm
I wanted the night to go on and on
But she said, Go back to the World

We were fighting in Egypt
When they signed this agreement
That nobody else had to die
There was this terrible sound
And my father went down
With a terrible wound in his side
He said, Try to go on
Take my books, take my gun
Remember, my son, how they lied
And the night comes on
It's very calm
I'd like to pretend that my father was wrong
But you don't want to lie, not to the young

We were locked in this kitchen
I took to religion
And I wondered how long she would stay
I needed so much
To have nothing to touch
I've always been greedy that way
But my son and my daughter
Climbed out of the water
Crying, Papa, you promised to play
And they lead me away
To the great surprise
It's Papa, don't peek, Papa, cover your eyes
And they hide, they hide in the World

Now I look for her always
I'm lost in this calling
I'm tied to the threads of some prayer
Saying, When will she summon me
When will she come to me
What must I do to prepare
When she bends to my longing
Like a willow, like a fountain
She stands in the luminous air
And the night comes on
And it's very calm
I lie in her arms and says, When I'm gone
I'll be yours, yours for a song

Now the crickets are singing
The vesper bells ringing
The cat's curled asleep in his chair
I'll go down to Bill's Bar
I can make it that far
And I'll see if my friends are still there
Yes, and here's to the few
Who forgive what you do
And the fewer who don't even care
And the night comes on
It's very calm
I want to cross over, I want to go home
But she says, Go back, go back to the World


Traduction de Jean Guiloineau :

 

La nuit vient

Je suis allé là où je sais qu'elle attend
sous le marbre et sous la neige.
J'ai dit : "Mère, j'ai peur; le tonnerre et la foudre;
je n'y arriverai pas seul."
Elle m'a dit : "Je serai à tes côtés, mon châle autour de toi,
et ma main sur ta tête lorsque tu marcheras."
Et la nuit est venue; et tout était très calme;
je voulais que la nuit continue à jamais,
mais elle m'a dit : "Retourne, retourne dans le monde."

Nous nous battions en Egypte quand ils ont signé cet accord
pour que personne d'autre ne meure.
Il y eut ce bruit terrible et mon père est tombé
une blessure terrible au côté.
Il a dit : "Essaie de continuer, prends mes livres et mon fusil
et souviens-toi, mon fils, qu'ils ont menti."
Et la nuit vient et tout est très calme;
j'aimerais faire comme si mon père s'était trompé,
mais on ne veut pas mentir, surtout aux jeunes.

Nous étions enfermés dans cette cuisine;
je me suis tourné vers la religion,
en me demandant combien de temps elle resterait.
J'avais tant besoin de n'avoir rien à toucher :
j'avais toujours eu cette soif.
Mais mon fils et ma fille sont sortis de l'eau,
en criant : "Papa, tu nous as promis de jouer."
Et ils m'ont emmené vers la grande surprise;
"Papa, ne regarde pas, Papa mets ta main sur tes yeux."
Et ils se cachent, ils se cachent dans le monde.

Maintenant je la cherche sans cesse, perdu dans cet appel;
je suis lié aux fils d'une prière.
Je dis : "Quand m'appellera-t-elle, quand viendra-t-elle,
que dois-je préparer ?" -
Puis elle se penche vers mon désir, comme un saule,
comme une fontaine,
elle se tient dans l'air lumineux.
Et la nuit vient et tout est calme,
je repose dans ses bras, elle dit : "Quand je serai partie
je serais à toi, à toi pour une chanson."

Les criquets chantent, les cloches du soir sonnent,
le chat dort enroulé sur sa chaise.
Je vais descendre au bar de Bill, je peux aller jusque-là,
pour voir si mes amis y sont encore.
Oui, il y a ceux qui pardonnent ce qu'on fait
et ceux plus rares encore qui s'en foutent !
Et la nuit vient; et tout est très calme;
je veux m'en aller, je veux rentrer chez moi,
mais elle dit : "Retourne, retourne dans le monde."