Copyright © 1973 Leonard Cohen
and Sony/ATV Music Publishing Canada Company


Please Don't Pass Me By (A Disgrace)


I was walking in New York City and I brushed up against the man in front of
me. I felt a cardboard placard on his back. And when we passed a streetlight,
I could read it, it said "Please don't pass me by - I am blind, but you can
see - I've been blinded totally - Please don't pass me by." I was walking
along 7th Avenue, when I came to 14th Street I saw on the corner curious
mutilations of the human form; it was a school for handicapped people. And
there were cripples, and people in wheelchairs and crutches and it was snowing,
and I got this sense that the whole city was singing this:

Oh please don't pass me by,
oh please don't pass me by,
for I am blind, but you can see,
yes, I've been blinded totally,
oh please don't pass me by.

And you know as I was walking I thought it was them who were singing it, I
thought it was they who were singing it, I thought it was the other who was
singing it, I thought it was someone else. But as I moved along I knew it was
me, and that I was singing it to myself. It went:

Please don't pass me by,
oh please don't pass me by,
for I am blind, but you can see,
well, I've been blinded totally,
oh please don't pass me by.

Oh please don't pass me by.

Now I know that you're sitting there deep in your velvet seats and you're
thinking "Uh, he's up there saying something that he thinks about, but I'll
never have to sing that song." But I promise you friends, that you're going
to be singing this song: it may not be tonight, it may not be tomorrow, but
one day you'll be on your knees and I want you to know the words when the
time comes. Because you're going to have to sing it to yourself, or to another,
or to your brother. You're going to have to learn to sing this song, it goes:

Please don't pass me by,
ah you don't have to sing this .. not for you.
Please don't pass me by,
for I am blind, but you can see,
yes, I've been blinded totally,
oh please don't pass me by.

Well I sing this for the Jews and the Gypsies and the smoke that they made.
And I sing this for the children of England, their faces so grave. And I sing
this for a saviour with no one to save. Hey, won't you be naked for me? Hey,
won't you be naked for me? It goes:

Please don't pass me by,
oh please don't pass me by,
for I am blind, but you can see,
yes, I've been blinded totally,
oh now, please don't pass me by.

Now there's nothing that I tell you that will help you connect the blood
tortured night with the day that comes next. But I want it to hurt you, I
want it to end. Oh, won't you be naked for me? Oh now:

Please don't pass me by,
oh please don't pass me by,
for I am blind, but you can see,
but I've been blinded totally,
oh, please don't pass me by.

Well I sing this song for you Blonde Beasts, I sing this song for you Venuses
upon your shells on the foam of the sea. And I sing this for the freaks and
the cripples, and the hunchback, and the burned, and the burning, and the
maimed, and the broken, and the torn, and all of those that you talk about at
the coffee tables, at the meetings, and the demonstrations, on the streets,
in your music, in my songs. I mean the real ones that are burning, I mean the
real ones that are burning

I say, please don't pass me by,
oh now, please don't pass me by,
for I am blind, yeah but you can see,
ah now, I've been blinded totally,
oh no, please don't pass me by.

I know that you still think that its me. I know that you think that there's
somebody else. I know that these words aren't yours. But I tell you friends
that one day

You're going to get down on your knees,
you're going to get down on your knees,
you're going to get down on your knees,
you're going to get down on your knees,
you're going to get down on your knees,
you're going to get down on your knees,
you're going to get down on your knees,
you're going to get down on your knees,
you're going to get down ..

Oh, please don't pass me by,
oh, please don't pass me by,
for I am blind, yeah but you can see,
yes, I've been blinded totally,
oh, please don't pass me by.

Well you know I have my songs and I have my poems. I have my book and I have
the army, and sometimes I have your applause. I make some money, but you know
what my friends, I'm still out there on the corner. I'm with the freaks, I'm
with the hunted, I'm with the maimed, yes I'm with the torn, I'm with the down,
I'm with the poor. Come on now ...

Ah, please don't pass me by,
well I've got to go now friends,
but, please don't pass me by,
for I am blind, yeah but you can see,
oh, I've been blinded, I've been blinded totally,
oh now, please don't pass me by.

Now I want to take away my dignity, yes take my dignity. My friends, take my
dignity, take my form, take my style, take my honour, take my courage, take
my time, take my time, .. time .. 'Cause you know I'm with you singing this
song. And I wish you would, I wish you would, I wish you would go home with
someone else. Wish you'd go home with someone else. I wish you'd go home with
someone else. Don't be the person that you came with. Oh, don't be the person
that you came with, Oh don't be the person that you came with. Ah, I'm not
going to be. I can't stand him. I can't stand who I am. That's why I've got to
get down on my knees. Because I can't make it by myself. I'm not by myself
anymore because the man I was before he was a tyrant, he was a slave, he was
in chains, he was broken and then he sang:

Oh, please don't pass me by,
oh, please don't pass me by,
for I am blind, yes I am blind, Oh but you can see,
yes, I've been blinded totally,
oh, please don't pass me by.

Well I hope I see you out there on the corner. Yeah I hope as I go by that I
hear you whisper with the breeze. Because I'm going to leave you now, I'm
going to find me someone new. Find someone knew.

And please don't pass me by.


S’il vous plaît, ne m’ignorez pas (une honte)
 
Traduction : Alain Benchécroun
 
Je marchais dans New York et j’ai frôlé un homme devant moi. J’ai senti qu’il portait un carton dans le dos. Et quand nous sommes passés sous un réverbère, j’ai pu le lire, il y était écrit : « S’il vous plaît, ne m’ignorez pas. Je suis aveugle, mais vous, vous voyez. Moi, je suis complètement aveugle. S’il vous plaît, ne m’ignorez pas. » Je marchais sur la 7ème avenue, et au niveau de la 14ème rue j’ai vu à l’angle de curieuses mutilations de la forme humaine. Il y avait une école pour handicapés. Et il y avait des infirmes, des gens en fauteuil roulant et en béquilles, et il neigeait, et j’ai eu l’impression que la ville entière chantait ceci :
 
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
Moi, je suis aveugle, mais vous, vous voyez
Moi, je suis complètement aveugle
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
 
Et vous savez, en marchant je pensais que c’était eux qui chantaient, j’ai pensé qu’eux-mêmes chantaient, j’ai pensé que d’autres chantaient, j’ai pensé que c’était quelqu’un d’autre qui chantait. Mais à mesure que je marchais, j’ai su que c’était moi, et que je me chantais cela à moi-même. Comme çà :
 
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
Moi, je suis aveugle, mais vous, vous voyez
Moi, je suis complètement aveugle
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
 
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
 
Bon, je sais que vous êtes là enfoncés dans vos fauteuils en velours, et vous pensez : «  Hé, il est là haut en train de nous raconter ce à quoi il pense, mais moi, je ne chanterai jamais cette chanson ». Mais je vous assure, les amis, vous allez la chanter, cette chanson. Peut-être pas ce soir ; peut-être pas demain, mais un jour, vous serez à genoux, et il faudra que vous connaissiez les paroles en temps voulu. Parce qu’il faudra que vous vous la chantiez à vous-mêmes, ou à un autre, ou à votre frère. Vous allez devoir apprendre cette chanson. C’est :
 
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
(Non, vous ne devez pas chanter ça… pas pour vous)
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
Moi, je suis aveugle, mais vous, vous voyez
Moi, je suis complètement aveugle
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
 
Bien, je chante ceci pour les juifs et les gitans, et la fumée qu’ils sont devenus. Et je chante ceci pour les enfants d’Angleterre, avec leurs visages si sérieux. Et je chante ceci pour un sauveur sans personne à sauver. Allez, déshabillez-vous pour moi. Allez, déshabillez-vous pour moi. C’est :
 
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
Moi, je suis aveugle, mais vous, vous voyez
Moi, je suis complètement aveugle
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas 

Mais je peux rien vous dire pour vous aider à recoller la nuit torturée à mort et le jour qui vient après. Mais je veux que ça vous fasse mal, que ça s’arrête. Allez, déshabillez-vous pour moi. Et alors :

S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
Moi, je suis aveugle, mais vous, vous voyez
Moi, je suis complètement aveugle
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas

Oui je chante ceci pour vous bêtes blondes, je chante ceci pour vous Vénus dans vos coquillages sur l’écume de la mer. Et je chante ceci pour les monstres et les infirmes, et les bossus, et les brûlés, et ceux qui brûlent encore, et les abîmés, et les brisés, et les déchirés et tous ceux dont vous parlez aux tables des cafés, aux réunions, aux manifestations, dans les rues, dans votre musique, dans mes chansons. Je veux dire ceux qui brûlent vraiment, je veux dire ceux qui brûlent vraiment. Je dis : 

S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
Moi, je suis aveugle, mais vous, vous voyez
Moi, je suis complètement aveugle
Non, s’il vous plaît, ne m’ignorez pas
 
Je sais, vous pensez encore que c’est moi. Je sais, vous pensez encore que c’est quelqu’un d’autre. Je sais, ces mots ne sont pas de vous. Mais, les amis, je vous dis qu’un jour,
 
Vous allez vous mettre à genoux
Vous allez vous mettre à genoux
Vous allez vous mettre à genoux
Vous allez vous mettre à genoux
Vous allez vous mettre à genoux
Vous allez vous mettre à genoux
Vous allez vous mettre à genoux
Vous allez vous mettre à genoux
 
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
Moi, je suis aveugle, mais vous, vous voyez
Moi, je suis complètement aveugle
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas

Moi, j’ai mes chansons et j’ai mes poèmes. J’ai mon livre et j’ai l’Armée, et quelquefois j’ai vos applaudissements. Je fais de l’argent, mais vous savez quoi, les amis, je suis toujours là-bas à l’angle de la rue. Je suis avec les monstres, je suis avec les chassés, je suis avec les estropiés, oui je suis avec les déchirés, je suis avec les tombés, je suis avec les pauvres. Allez,

 
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
(Je dois partir maintenant, les amis)
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
Moi, je suis aveugle, mais vous, vous voyez
Moi, je suis aveugle, complètement aveugle
Non, s’il vous plaît, ne m’ignorez pas

Et maintenant, ôtez-moi ma dignité, oui ôtez ma dignité. Mes amis, ôtez ma dignité, ôtez ma forme, ôtez mon style, ôtez mon honneur, ôtez mon courage, ôtez mon temps, ôtez mon temps, mon temps. Parce que, vous savez, je suis avec vous à chanter cette chanson. Et j’aimerais que vous… que vous rentriez avec quelqu’un d’autre. Que vous rentriez avec quelqu’un d’autre. Ne soyez pas la personne avec laquelle vous êtres venus. Ne soyez pas la personne avec laquelle vous êtres venus. Ne soyez pas la personne avec laquelle vous êtres venus. Moi, non. Je ne peux pas le supporter. Je ne peux pas supporter celui que je suis. Voilà pourquoi je dois me mettre à genoux. Parce que je n’y arrive pas par moi-même. Par moi-même, c’est fini, parce que l’homme que j’étais avant, c’était un tyran, c’était un esclave, il était enchaîné, il était brisé et puis il a chanté :

 
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas
Moi, je suis aveugle, aveugle, mais vous, vous voyez
Moi, je suis aveugle, complètement aveugle
S’il vous plaît, ne m’ignorez pas

Eh bien j’espère vous voir là-dehors à l’angle. Oui j’espère en partant vous entendre murmurer dans la brise. Parce que je vais partir maintenant, je vais me découvrir quelqu’un de nouveau. Découvrez quelqu’un de nouveau.

Et s’il vous plaît, ne m’ignorez pas.


Traduction de Mark Bunbury :

Je vous prie de ne pas me laisser passer (Une Honte)

 

Je me promenais à New York et j'ai frôlé un homme devant moi. J'ai palpé une affiche en carton sur son dos. Et quand nous avons passé un réverbère, j'ai pu la lire, elle a dit "Je vous prie de ne pas me laisser passer - je suis aveugle, mais vous pouvez voir - je suis aveugle totalement - je vous prie de ne pas me laisser passer" Je me promenais le long du septième boulevard, quand je suis venu à la rue quatorze au coin j'ai vu des mutilations bizarre des formes humaines; elle était une école pour les gens handicapés. Et ils étaient les infirmes, les gens dans les fauteuils roulants et les béquilles et il neigeait, et j'ai senti que la ville entier chantait:

Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je suis aveugle, mais vous pouvez voir,
Ouais - je suis aveugle totalement,
Je vous prie de ne pas me laisser passer.

Tandis que je me promenais vous savez que j'ai pensé que c'étaient eux qui la chantaient, j'ai pensé que c'étaient eux qui la chantaient, j'ai pensé qu'il était une autre qui la chantait, j'ai pensé qu'il était quelqu'un d'autre. Mais comme j'ai bougé en avant j'ai su qu'il était moi et que je la chantais à moi-même. Elle est allée:

Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je suis aveugle, mais vous pouvez voir,
Tiens - je suis aveugle totalement,
Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je vous prie de ne pas me laisser passer.

Je sais que vous vous asseyez dans les chaises des velours et vous pensez " Il est là disant quelque chose ce à quoi il pense, mais je ne chanterai jamais cette chanson". Je vous le promets mes amis, que vous allez chanter cette chanson: il ne peut pas ce soir, il ne peut pas demain, mais un jour vous serez à genoux et je vous veux savoir les mots quand le temps viendra. Parce que vous serez obligé de la chanter aux vous-mêmes, ou à une autre, ou à ton frère. Vous serez obligé d'apprendre de chanter cette chanson, elle va:

Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Vous n'êtes pas obligé de chanter celui-la…pas pour vous,
Je suis aveugle, mais vous pouvez voir,
Je suis aveugle totalement,
Je vous prie de ne pas me laisser passer.

Bien, je la chante pour les juifs et les bohémiens et la fumée qu'ils ont fait. Bien, je la chante pour les enfants de l'Angleterre, leur visages si grave. Et je la chante pour un sauveur qui n'a personne à sauver. Holà, serez vous tout nu pour moi ? Holà, serez vous tout nu pour moi ? Elle va:

Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je suis aveugle, mais vous pouvez voir,
Oui, je suis aveugle totalement,
Alors, je vous prie de ne pas me laisser passer.

Alors il n'est rien que je vous dis qui vous allez aider de rattacher la nuit torturée à sang au le jour qui vient. Mais je veux qu'elle vous fasse mal, je la veux finir. Oh, serez vous tout nu pour moi ? Alors:

Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je suis aveugle, mais vous pouvez voir,
Mais, je suis aveugle totalement,
Je vous prie de ne pas me laisser passer.

Bien, je la chante pour les bêtes blondes, je la chante pour les Vénus sur vos coquilles à l'écume de la mer. Et je la chante pour les monstres et les infirmes, et les bossus, et les brûlés, et les brûlant, et les mutilés, et les abattus, et les déchirés, et tout les gens ceux que vous parlez à la petite table basse, aux réunions, et dans les manifestations, sur les rues, à vôtre musique, à mes chansons, je veux dire les vrai gens qui sont brûlants, je veux dire les vrai gens qui sont brûlant. Alors:

Je dis, je vous prie de ne pas me laisser passer
Alors, je vous prie de ne pas me laisser passer
je suis aveugle, mais vous pouvez voir
Alors, je suis aveugle totalement
je vous prie de ne pas me laisser passer

Je sais que vous pensez encore que c'est moi. Je sais que vous pensez qu'il y a une autre personne. Je sais que ces mots ne sont pas aux vôtre. Mais je vous dis mes amis qu'un jour:

Vous allez tomber aux vos genoux,
Vous allez tomber aux vos genoux,
Vous allez tomber aux vos genoux,
Vous allez tomber aux vos genoux,
Vous allez tomber aux vos genoux,
Vous allez tomber aux vos genoux,
Vous allez tomber aux vos genoux,
Vous allez tomber aux vos genoux,
Vous allez tomber…
Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je suis aveugle, mais vous pouvez voir,
Ouais, je suis aveugle totalement,
Je vous prie de ne pas me laisser passer.

Bien, vous savez que j'ai mes chansons et que j'ai mes poèmes. J'ai mon livre et j'ai l'armée, et parfois j'ai vos applaudissements. Je fais de la monnaie, mais vous savez quoi mes amis, je suis encore là au coin. Je suis l'un des monstres, je suis l'un des chassés, je suis l'un des mutilés, oui je suis l'un des déchirés, je suis l'une des déprimés, je suis l'un des pauvres. Allez-y :

Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Tiens, je dois vous quitter
Mais, je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je suis aveugle, ouais, mais vous pouvez voir,
Je suis aveugle, je suis aveugle totalement,
Je vous prie de ne pas me laisser passer.

Alors je veux retirer ma dignité, oui retire ma dignité. Mes amis, retirez ma dignité, retirez ma forme, retirez mon allure, retirez mon honneur, retirez mon courage, retirez mes temps, retirez mes temps…temps… Parce que vous savez que je suis ici avec vous chantant cette chanson. Et je souhaite que vous pouvez, je souhaite que vous pouvez, je souhaite que vous pouvez aller chez vous avec quelqu'un d'autre. Je souhaite que vous pouvez aller chez vous avec quelqu'un d'autre. Je souhaite que vous pouvez aller chez vous avec quelqu'un d'autre. Changez vous la personne que vous êtes venus avec. Oh, changez vous la personne que vous êtes venus avec. Oh, changez vous la personne que vous êtes venus avec. Je vais pas être. Je le peux pas supporter. Je me peux pas supporter. C'est parce que je suis obligé de tomber à mes genoux. Parce que je ne peux pas faire moi-même, je suis pas par moi-même parce que l'homme que j'étais avant il était un tyran, il était un esclave, il était enchaîné, il était brisé et puis il a chanté:

Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je vous prie de ne pas me laisser passer,
Je suis aveugle, ouais je suis aveugle, mais vous pouvez voir,
Ouais, je suis aveugle totalement,
Je vous prie de ne pas me laisser passer.

Bien, j'espère que j'y vous vois là-bas au coin. J'espère tandis que j'y vais je vous entends chuchoter avec la brise. Parce que je vous vais vous quitter maintenant, je me vais trouver quelqu'un de nouvelle. Trouver quelqu'un de nouvelle.