Copyright © 1967 Leonard Cohen
and Sony/ATV Music Publishing Canada Company


Sisters Of Mercy


Oh the sisters of mercy, they are not departed or gone.
They were waiting for me when I thought that I just can't go on.
And they brought me their comfort and later they brought me this song.
Oh I hope you run into them, you who've been travelling so long.

Yes you who must leave everything that you cannot control.
It begins with your family, but soon it comes around to your soul.
Well I've been where you're hanging, I think I can see how you're pinned:
When you're not feeling holy, your loneliness says that you've sinned.

Well they lay down beside me, I made my confession to them.
They touched both my eyes and I touched the dew on their hem.
If your life is a leaf that the seasons tear off and condemn
they will bind you with love that is graceful and green as a stem.

When I left they were sleeping, I hope you run into them soon.
Don't turn on the lights, you can read their address by the moon.
And you won't make me jealous if I hear that they sweetened your night:
We weren't lovers like that and besides it would still be all right,
We weren't lovers like that and besides it would still be all right.


Adaptation française de Graeme Allwright :

 

Les Soeurs de la Miséricorde

Les Soeurs de la Miséricorde n'ont jamais disparu,
Elles étaient là et m'aidaient quand je me sentais perdu.
Elles m'ont réconforté, m'ont donné des chansons et du pain.
J'espère que tu les trouveras, toi qui voyages au loin.

Tu avais pourtant tout quitté, ta famille, ton métier.
Mais, bientôt, c'est ton âme que tu ne pourras plus contrôler.
Je suis passé par là, et je sais qu'on est vite épinglé.
Et que, toujours, la solitude reconnaît le Péché.

J'espère que tu les trouveras, toi qui cherches fortune.
N'allume pas la lumière, leur adresse est écrite sur la lune,
Et je ne serais pas jaloux de savoir que tu tentes ta chance.
On ne s'aimait pas comme ça, et c'est sans importance.

Je me suis confessé à elles, à mes cotés couchées,
Elles ont touché mes yeux, sur leurs mains j'ai senti la rosée.
Si ta vie est une feuille que les saisons arrachent et déchirent,
Ouvre à l'amour qui est gravé gracieux comme une tige.
Ouvre à l'amour qui est gravé gracieux comme une tige.


Traduction de Jean Guiloineau :

 

Soeurs de miséricorde

Les soeurs de miséricorde
ne sont pas parties
Elles m'attendaient
quand je croyais ne pas continuer
Elles m'ont consolé
et m'ont donné cette chanson
Oh j'espère que tu les as rencontrées
Toi qui as si longtemps voyagé

Toi qui dois quitter tout
ce que tu ne peux contrôler
A commencer par ta famille
Pour en venir à ton âme
Je suis allé où tu étais accroché
Je crois avoir vu où tu étais cloué
Si tu n'es pas un saint
Ta solitude t'indique ton péché

Elles s'allongèrent près de moi
Je leur ai fait ma confession
Elles ont touché mes yeux
et moi la rosée de leur ourlet
Si ta vie est une feuille
que les saisons arrachent et condamnent
Elles t'arracheront avec un amour
gracieux et vert comme une tige

Quand je suis parti elles dormaient
j'espère que tu les rencontreras
N'allume pas la lampe
Lis leur adresse dans le clair de lune
Et je ne serai pas jaloux
Si j'apprends qu'elles ont adouci ta nuit
Nous n'étions pas amants comme ça
Et en outre ce serait encore bien