Tournée 2008-2009 - Nimes
 Accueil | Dates | Articles | News | Spécial Nîmes | Photos | Crédits |
Leonard Cohen : Tournée 2009 - Spécial Nîmes

Retour aux articles   Retour à SPECIAL NIMES
- Nos articles : img Les photos de Nîmes  img Quelques fans à Nîmes  img Le cadeau  img Lien externe  (plus à venir...)
- Articles de presse : img Patrice Clos invité par Leonard Cohen en personne   img Les arènes de Nîmes attendent Leonard Cohen  img Leonard Cohen, chapeau bas

Leonard Cohen, chapeau bas

Par Eric Delaye, Midi Libre, édition du 21 août 2009

Grande voix, grands musiciens : le Canadien de 75 ans a bouleversé les arènes de Nîmes qui l’ont acclamé jeudi soir
Il aura un petit mot pour chacun : Javier Mas, « virtuose » de la mandoline, du luth, de la guitare ; Dino Soldo aux saxophones ; le « légendaire » Neil Larsen à l’orgue Hammond ; Bob Metzger, le guitariste « irremplaçable » ; le « prince de la précision »Rafael Bernardo Gayo à la batterie ; Roscoe Beck, bassiste et directeur musical, « notre conscience » ; enfin les « sublimes » Webb Sisters aux chœurs aux côtés de l’« incomparable » Sharon Robinson, compositrice et plus fidèle collaboratrice.

Leonard Cohen est révérencieux. Il peut : son groupe est merveilleux et il lui tire, à tout bout de champ, son chapeau. Le public, jeudi soir, aux arènes de Nîmes, n’a pas de chapeau. Il fait bien trop chaud. Mais il aurait fait de même : chapeau bas, dans ce qui ressemblait à un concours d’amabilités entre scène et gradins, remplis par 6 000 spectateurs chez qui pointait la nostalgie.

Poussé aux fesses par quelques déboires financiers, Leonard Cohen, septuagénaire canadien, est remonté sur scène l’an passé. Tout le monde est ravi : ses créanciers, ses fans et l’artiste qui a pris goût aux concerts géants même si, depuis le sommet des arènes, on ne distingue de lui qu’une frêle silhouette qui, souvent, s’agenouille : sans doute puise-t-il dans le sol les ressources de sa voix plus basse que terre.

Le répertoire est invariable depuis qu’il a capté, en 2008, le double album Live in London : les mêmes titres dans le même ordre, à peu de choses près dont The Partisan, adaptation culte de la Complainte du partisan, qu’il réserve au public français. Tandis que le concert débute en plein jour, il s’élève à mesure que le soleil se couche. Les standards défilent alors en trois bonnes heures de temps, dont une petite demi-heure d’entracte. Suzanne, Hallelujah et So Long, Marianne, notamment, que ponctuent des standing ovations.

Avec son groupe serré comme dans un bouge, à l’opposé du show et de la pyrotechnie, Leonard Cohen cisèle des arrangements précieux qui, sur Bird on the Wire ou Who by Fire, suggèrent l’illusion de la chanson parfaite. C’est attendu, propre et calibré. Mais, baryton plus grave que naguère, esquissant des pas de danse à un mois de ses 75 ans, il dégage surtout une aura troublante jusqu’à la communion générale, chacun ayant dans ses souvenirs de jeunesse des motifs à s’émouvoir. Et comme au terme de chaque concert en France, Leonard Cohen quittera la scène sur ces mots : « Il y a longtemps que je t’aime, jamais je ne t’oublierai. »

Eric DELHAYE

© Midi Libre (photo : Eric Catarina) - All rights reserved.

img Lire aussi : Patrice Clos, invité par Leonard Cohen en personne

Retour en haut

 

 

Cette section est réalisée par l'équipe du site www.leonardcohensite.com avec la collaboration des membres du forum. Plus d'infos dans la page des crédits.

Production et Management : Patrice Clos et Olivier Mory.  Contact webmester