Tournée 2010 - Wiesbaden
 Accueil | Dates | Articles | News | Spécial Nîmes | Photos | Crédits |
Leonard Cohen : Tournée 2010

Retour aux articles

Christof Graf `s - leonardcohen.de - websites - Traduction par Marcelle Dielenseger, alias Calypso, Photos par Christof Graf

Tout sur L e o n a r d  C o h e n  de A - Z - Das  C O H E N P E D I A

(Photo: Christof Graf)

Live in Wiesbaden, 3. September 2010

Bowling Green

(Photo: Christof Graf)

Dans l'ombre du Dalai Lama

Là où, entre autres, il y a 5 ans le Dalaï Lama fêtait son 70e anniversaire et où il obtint en 2005 le prix de la paix de Hesse, là où Elton John en 2009, Eric Clapton en 2008 et quelques année avant R.E.M, Sting et Simple Reed remplissaient le Bowling Green, Leonard Cohen annonça également « complet ». Environ 10000 spectateurs payants de très jeune à très vieux, assistèrent à 3 h 30 d’un concert très spécial : Leonard Cohen a ensorcelé son public, comme s’il s’agissait d’un office, la relation entre l’artiste et son auditoire provoque cette émotion et cette concentration. Et la presse ne voit pas ça autrement.

(Photo: Christof Graf)

Les voix de la presse

9000 spectateurs assistent fascinés au concert de Leonard Cohen à Wiesbaden

« Joie : un mot qui ne vient pas à l’esprit de tous en premier , s’agissant de Leonard Cohen. L’éternel mélancolique, le triste, le chanteur qui rend aussi d’autres tristes, l’a (la joie), c’était évident vendredi soir. Il se réjouit également « du fait qu’on se trouve rassemblé dans un si bel endroit, alors que le monde est plongé dans le chaos ». A pile 7 h, Cohen démarre avec « Danse-moi jusqu’au bout de l’amour ».

Wiesbadener Kurier - September 3, 2010 von Anke Hollingshaus

(Photo: Christof Graf)

Wiesbaden : Le grand Leonard Cohen propose à des milliers l’indescriptible.

« Il est presque 11 h, quand Leonard Cohen remonte sur la scène devant l’établissement thermal pour un nouvel « encore ». « I tried to leave you, I don’t deny » souffle le vieux maître de la poésie musicale avec une voix rauque dans le microphone (j’ai essayé de te quitter) – et les 10000, qui ne voulaient pas le laisser partir, sont aux anges qu’il soit toujours là.

Wiesbadener Kurier - September 4, 2010 von Mara Braun

(Photo: Christof Graf)

La magie d’un moment inoubliable

Concert : Leonard Cohen et ses musiciens au Bowling Green de Wiesbaden – Un chanteur heureux, des chansons mélancoliques.

« Wiesbaden. Quelle condition physique a ce vieil homme ! Depuis plus de 3 heures Leonard Cohen est déjà sur la scène du Bowling Green de l’établissement thermal de Wiesbaden – et il n’a toujours pas l’air de vouloir quitter l’estrade au-dessus des 9800 fans. Suppléments après suppléments le canadien de 75 ans se laisse applaudir comme si lui-même ne pouvait s’arracher de la magie de ce moment unique. Dans le milieu bruyant du spectacle, c’est un rare sentiment de joie : la distance entre le poète de Montréal et ses auditeurs s’évapore en un tête-à-tête intime, que la mélancolie de sa voix unique enchaîne. Et si la douceur d’une fin d’été et le coucher du soleil au début du concert s’y joignent, même les cœurs les plus endurcis fondent sans résistance, et veulent tout simplement couler dans cette harmonie.

Main-Netz - September 6, 2010 von Wolfgang Dreikorn

(Photo: Christof Graf)

Un maître tire le chapeau

LEONARD COHEN Dreistündiges Konzert des Songpoeten auf dem Bowling Green

« Everybody knows – Il chante depuis 50 ans de la nostalgie de l’amour et de sa fragilité, aussi récitatif ( ?) que profond. Everybody knows… how Leonard goes (tout le monde le sait… comment Leonard va). Et alors le poète chanteur canadien surprend les milliers sur le site du Bowling green vendredi soir à manifester du respect, dans le raffinement de son spectacle, les variations dans le traitement musical des vieux classiques, de la parfaite constitution d’un gentleman de 76 ans, qui ne néglige aucun moment de son concert de plus de 3 heures. A l’égard de ses musiciens et des choristes féminines, à l’égard de son public, et de l’occasion de se mettre à genoux devant l’éloquence du texte et de la musique. C’est pour tout cela que Leonard Cohen porte un chapeau : il veut le tirer.

Main-Spitze - September 8, 2010 von Viola Bolduan

Il enlace le monde fermement

Pop : Leonard Cohen se produit devant plus de 9000 spectateurs dans la maison de la culture de Wiesbaden et enthousiasme une fois de plus comme un grand de la musique populaire.

« Je ne sais pas, quand nos chemins se croiseront de nouveau. Mais je sait, mes amis, que nous allons vous donner tout ce que nous avons. » Leonard Cohen pose la problématique de sa longue carrière de plus de 40 ans dans la branche musicale, dès le début de la soirée. Peut-être aussi conscient du fait qu’après un tel concert de 3 heures, on ne peut que souhaiter ardemment, de revoir rapidement ce vieil homme. »

Morgenweb - September 7, 2010 by Mannheimer Morgen

(Photo: Christof Graf)

Die Setlist

Erster Teil:

Dance Me To The End Of Love

The Future

Ain't No Cure For Love

Bird On The Wire

Everybody Knows

In My Secret Life

Who By Fire

The Darkness

Born In Chains

Chelsea Hotel

Waiting For The Miracle

Anthem

Zweiter Teil:

Tower Of Song

Suzanne

Sisters Of Mercy

Gypsy Wife

Feels So Good

The Partisan

Boogie Street

Hallelujah

I'm Your Man

Take This Waltz

Zugabeblock:

So Long, Marianne

First We Take Manhattan

Famous Blue Raincoat

If It Be Your Will

Closing Time

I Tried to Leave You

Heart With No Companion

(Photo: Christof Graf)

Das Merchandinsing

(Photo: Christof Graf)

back to the

- C O H E N P E D I A -

sitemap (inhaltsverzeichnis)

or

back to www.leonardcohen.de

Retour en haut

 

 

Cette section est réalisée par l'équipe du site www.leonardcohensite.com avec la collaboration des membres du forum. Plus d'infos dans la page des crédits.

Production et Management : Patrice Clos et Olivier Mory.  Contact webmester